Réfugiés : Le cap du million de personnes arrivées en Europe en 2015 est franchi

MIGRANTS Selon deux organisations non gouvernementales, le terrible bilan de l’année 2015 en matière de réfugiés pourrait être un record mondial…

A.Ch.
— 
Des réfugiés et des migrants attendent d'être enregistrés après leur arrivée sur l'île grecque de Lesbos, le 16 novembre 2015.
Des réfugiés et des migrants attendent d'être enregistrés après leur arrivée sur l'île grecque de Lesbos, le 16 novembre 2015. — BULENT KILIC / AFP

Le bilan de l’année 2015 pourrait être un record : d’après l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) et le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), un million de migrants et réfugiés sont entrés en Europe depuis le mois de janvier. La plupart d’entre eux est arrivée par la mer. « Au 21 décembre, quelque 972 000 [d’entre eux] avaient traversé la mer Méditerranée, d’après les chiffres du HCR. En plus, l’OIM estime que plus de 34 000 s’étaient rendus en Bulgarie et en Grèce après avoir traversé la Turquie », ont indiqué les deux organisations dans un communiqué conjoint.

>> A lire aussi : L’Etat va débloquer 530 millions d’euros pour accueillir les réfugiés

Le Liban et l’Ethiopie détiennent le record de l’accueil

Le HCR a alerté vendredi sur la hausse « sans précédent » des déplacements forcés dans le monde en 2015 : le nombre total de réfugiés dans le monde a franchi le seuil de 20 millions pour la première fois depuis 1992 et les demandes d’asile sont en augmentation de 78 % par rapport à la même période en 2014. La guerre en Syrie est toujours le facteur principal de déplacements interne au pays et vers l’étranger.

>> A lire aussi : La France n’accueillera « pas plus que 30 000 » réfugiés, annonce Manuel Valls

Le HCR note également que c’est le Liban qui accueille le plus de réfugiés au monde relativement à la taille de sa population : on y compte 209 réfugiés pour 1 000 habitants. Et c’est l’Ethiopie qui accueille le plus de gens par rapport à sa capacité économique : 469 réfugiés pour un dollar de PIB.

>> A lire aussi : Quatre idées reçues sur les réfugiés