Que sait-on de la fausse alerte à la bombe dans le vol d’Air France en provenance de l’Ile Maurice?

ENQUETE Un homme a été placé en garde à vue ce lundi matin…

A.Ch.
— 
Les passagers du vol AF463 débarquent en urgence à Mombasa, au Kenya, le 20 décembre 2015.
Les passagers du vol AF463 débarquent en urgence à Mombasa, au Kenya, le 20 décembre 2015. — AP/SIPA

Mauvaise plaisanterie ou acte de malveillance ? L’origine de la fausse bombe découverte dans les toilettes d’un vol d’Air France reliant l’Ile Maurice à Paris reste encore à découvrir. Alors que les 459 passagers sont arrivés ce lundi matin à Roissy, les enquêteurs disposent déjà de plusieurs éléments. 20 Minutes fait le point.



Quel était cet objet découvert dans les toilettes ?

Durant le vol, un passager a découvert dans le placard des toilettes un objet suspect qui pouvait s’apparenter à une bombe. Il ne s’agissait en fait que d’un objet en carton inoffensif mais équipé d’un composant ressemblant à un minuteur, ont conclu les experts du déminage kenyan qui sont intervenus dans l’appareil après l’atterrissage d’urgence à Mombasa, au Kenya, dans la nuit de samedi à dimanche.

Comment s’est passée l’évacuation de l’avion à Mombasa ?

Les 14 membres d'équipage ont « dû gérer un gros stress à bord, ont vécu une évacuation et ont dû gérer les passagers pendant plus de dix heures dans l’aérogare. Ils ont appliqué les procédures, a expliqué la présidente de l’Unac, syndicat représentatif des personnels navigants commerciaux (PNC), Flore Arrighi. A leur retour, ils souhaitaient retrouver leur lit et leurs familles. Personne n’a dit "je ne remonte pas à bord", mais je ne peux me prononcer sur leur ressenti personnel. D’ailleurs, ils ont été pris en charge par une équipe médicale », a-t-elle ajouté.

Le rédacteur en chef adjoint du Guide du routard, Benoît Lucchini, était dans l’avion et a filmé l’intervention de la chef de cabine lors de l’atterrissage à Mombasa.



L’objet était-il dans l’avion au décollage ?

Non, assure le PDG d’Air France. Le Premier ministre adjoint de Maurice, Xavier-Luc Duval, a insisté sur le fait que le nouveau terminal de l’aéroport « construit il y a deux ans dispose d’équipements de haute technologie comprenant des caméras de surveillance, des détecteurs de traces d’explosifs, des CT scanners pour les bagages de soute, des appareils à rayons X, mais aussi de chiens renifleurs ». Un porte-parole d’Air France a précisé ce lundi que la compagnie avait « renforcé la sécurité à certaines escales, en accord avec les autorités locales et les sociétés de sûreté » et « sécurisé les hébergements de notre personnel, les agences, les avions et autour des avions ».



>> A lire aussi : En mai, un avion d’Air France avait été escorté par des chasseurs américains après une alerte à la bombe

Qui a pu mettre cet objet dans les toilettes ?

Un passager qui avait fait de nombreux allers-retours aux toilettes pendant le vol a été placé en garde à vue ce lundi matin à sa sortie de l’avion qui ramenait les passagers du vol AF 463 à Paris. Il s’agit d’un policier à la retraite âgé de 58 ans qui voyageait avec sa femme. Celle-ci a été interpellée mais n’a pas été placée en garde à vue. Elle est actuellement entendue comme témoin ainsi que des membres de l’équipage.

Comment Air France a renforcé la sécurité depuis les attentats du 13 novembre