Présidentielle américaine: Donald Trump s'illustre par la pauvreté de son vocabulaire

CAMPAGNE Le magnat de l'immobilier a le langage le plus pauvre des candidats républicains...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump, candidat à la primaire républicaine, lors d'un débat sur CNN à Las Vegas, le 15 décembre 2015
Donald Trump, candidat à la primaire républicaine, lors d'un débat sur CNN à Las Vegas, le 15 décembre 2015 — ROBYN BECK AFP

Il n'est pas seulement outrancier, il a aussi un vocabulaire aussi pauvre qu'un enfant. Donald Trump, en tête de la course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2016, se démarque par un vocabulaire particulièrement pauvre, qu'un enfant de 10 ans pourrait comprendre.

>> A lire aussi: Bush vs Trump et Rubio vs Cruz, les duels au couteau

Si l'on applique le test Flesch-Kincaid aux discours d'introduction et de conclusion tenus par les neuf candidats lors du débat républicain qui s'est déroulé mardi soir à Las Vegas (ouest), il en ressort que c'est Donald Trump qui a le langage le plus pauvre. Cette méthode développée pour la marine de guerre américaine permet de déterminer la complexité d'un texte écrit en anglais, en fonction de la longueur de ses phrases et du nombre de syllabes dans les mots utilisés.

«Good», «bad» et «great»

Le magnat de l'immobilier a tenu un discours que des enfants de 9-10 ans auraient pu comprendre, selon les calculs de la méthode du linguiste Rudolf Flesch et du scientifique J. Peter Kincaid. En 1 minute 30 de discours d'introduction et de conclusion, le moment où les candidats doivent résumer le plus efficacement possible leur message, il n'a utilisé que 7% de mots de plus de trois syllabes.

>> A lire aussi: Trump et les conservateurs jouent sur la peur

Le milliardaire a pour habitude d'user et d'abuser de mots courts et simples, comme «good», «bad» et «great» («bons», «méchants», et «génial» en français), pour étayer ses arguments lors de ses discours. Donald Trump a d'ailleurs conclu son intervention à Las Vegas en promettant: «Si je suis élu président, nous allons nous remettre à gagner. Nous allons beaucoup gagner. Et nous allons avoir un pays génial, vraiment génial, encore plus génial qu'auparavant». Il a à l'inverse qualifié pendant la soirée le président syrien Bachar al-Assad de «mec méchant, très méchant» («bad guy, very bad guy» en version originale).

simplicité associée à l'honnêteté pour certains Américains

«Donald Trump tente de rassurer son auditoire, en touchant nos instincts politiques primaires. Il répète des mots simples», explique Peter Lawler, professeur de sciences politiques à l'université Berry College, et auteur d'un livre sur la rhétorique politique américaine. «Une certaine frange d'Américains associent la simplicité à l'honnêteté. Ils ne croient plus aux discours trop élaborés, ils les jugent trompeurs», ajoute Matthew Baum, professeur de communication à l'école d'administration Harvard Kennedy School.

«Il y a des dossiers qu'il ne maîtrise pas du tout, mais le public ne s'en émeut pas. Marco Rubio a repris Trump lors du dernier débat, mais son intervention était ennuyeuse. Trump se justifie en disant qu'il engagera les meilleurs experts sur ce sujet quand il sera président», explique Peter Lawler.