Le prince Charles savait tout des réunions secrètes du gouvernement

ROYAUME-UNI Selon le «Guardian», l'héritier du trône britannique a été informé pendant des décennies sur le contenu des réunions du cabinet du Premier ministre...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre britannique David Cameron et le prince Charles, le 15 août 2015.
Le Premier ministre britannique David Cameron et le prince Charles, le 15 août 2015. — Julian Simmonds/REX Shu/SIPA

Y a-t-il eu ingérence de la part du prince Charles? Selon les révélations du Guardian parues ce mardi, l'héritier du trône britannique a reçu pendant des décennies des mémos relatant les réunions confidentielles du cabinet du Premier ministre organisées chaque semaine avec ses plus proches ministres. Ces notes pouvait inclure des projets de nouvelles lois ou des documents politiques secrets. Le quotidien britannique précise que la reine Elizabeth II et les autres ministres recevaient également ces documents.

Ces informations, qui émergent après trois années de demandes dans le cadre de la procédure liberté et information de la presse, soulèvent une nouvelle fois la question de la neutralité du prince de Galles, connu pour faire du lobbying auprès des ministres pour les sujets qui lui tiennent à coeur, notamment l'écologie.

Ces dernières années, le prince Charles a ainsi été accusé d'inonder les ministres de «Black spider memos», ses notes «d'araignée noire», appelées ainsi à cause de son écriture si particulière, caractérisée par des points d'exclamation et des ratures à profusion. Cette correspondance secrète, composée de 27 lettres échangées entre le fils aîné d'Elizabeth II et des ministres, a été rendue publique en mai et a révélé son opinion sur des sujets aussi divers que l'élimination des blaireaux, l'équipement militaire inadapté ou le bien-être de poissons exotiques.

>> A lire aussi : Le Prince Charles au cœur d'une polémique au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, le souverain règne mais ne gouverne pas et doit, en principe, s'abstenir de toute ingérence dans la politique du gouvernement démocratiquement élu. Les services du prince Charles n'ont pas souhaité réagir à ces révélations.