Un policier à Los Angeles, aux Etats-Unis.
Un policier à Los Angeles, aux Etats-Unis. — YANG LEI/CHINE NOUVELLE/SIPA

ALERTE

Etats-Unis: Les menaces contre des écoles de Los Angeles et New York étaient a priori un canular

Los Angeles a fermé tous ses établissements, par précaution...

Toutes les écoles publiques de Los Angeles ont été fermées ce mardi après une « menace crédible », ont indiqué la police et le rectorat du secteur, situé non loin de San Bernardino où a eu lieu un attentat meurtrier le 2 décembre. Mais dans la journée, le représentant Adam Schiff a expliqué qu’il s’agissait « sans doute » d’un hoax. Face à la même menace, les écoles new-yorkaises sont restées ouvertes.

« Menace crédible »

« Plus tôt ce matin, nous avons reçu une menace électronique qui évoquait la sécurité de nos écoles », a indiqué Steve Zipperman, responsable de la police de Los Angeles en charge des écoles, lors d’une conférence de presse.

La police de Los Angeles ainsi que la police fédérale (FBI) « ont été informées et cette menace est en train d’être analysée », a-t-il ajouté. « Dans un geste de prudence, nous avons choisi de fermer nos écoles aujourd’hui jusqu’à ce nous puissions être totalement certains que nos écoles sont sûres », a-t-il ajouté. Il s’agit d’une « menace crédible », a souligné le rectorat sur son compte Twitter.

« Il s’agissait d’une vaste » menace, « pas contre une école, deux écoles ou trois écoles. Il s’agissait de nombreuses écoles, qui n’ont pas été spécifiquement identifiées », a précisé le recteur des écoles publiques de Los Angeles, Ramon Cortines, lors de la même conférence de presse. Le rectorat reçoit « tout le temps » des menaces mais cette fois « il s’agit d’une menace rare », a-t-il souligné, évoquant des « sacs à dos » sans donner plus de précisions.

Les écoles de New York ouvrent

Aux journalistes qui lui demandaient pourquoi une telle évacuation dans ce cas précis, le recteur a évoqué l’attentat de San Bernardino, à une heure de Los Angeles, où un couple radicalisé a tué 14 personnes et en a blessé 22 autres, ainsi que les événements internationaux récents. « Nous n’allons pas risquer la vie d’un écolier », a-t-il ajouté.

A New York, des menaces ont aussi visé les écoles, mais les autorités new-yorkaises les ont estimées « non crédibles ». « Il n’y a pas de menace crédible contre nos enfants, et nous sommes absolument persuadés que nos écoles sont en sécurité », a déclaré le maire de New York, Bill de Blasio, lors d’une brève conférence de presse avec le chef de la police, après la fermeture des écoles publiques de Los Angeles plus tôt dans la journée.

Le chef de la police, Stephen Davis, a indiqué que les menaces reçues étaient les mêmes qu’à Los Angeles. « C’était copié/collé avec le nom de la ville changé. Nous avons estimé qu’il n’y avait pas de risque. »