Train au trésor nazi: Il n’y a pas de preuve de son existence, assurent des experts

TRESOR Après enquête, les scientifiques concluent à l'inexistence du train  nazi prétendument enfoui dans la région de Walbrzych, en Pologne...

C.B.
— 
Des galeries souterraines ont été construites en Pologne par les prisonniers des nazis pour cacher des armes, mais aussi d'éventuels trésors de guerre.
Des galeries souterraines ont été construites en Pologne par les prisonniers des nazis pour cacher des armes, mais aussi d'éventuels trésors de guerre. — STR/AP/SIPA

Nouveau rebondissement dans l’affaire du train nazi. Alors que le scepticisme des autorités polonaises a succédé aux annonces triomphalistes du 18 août, les scientifiques de l’Académie des mines de Cracovie affirment que ce train n’existerait tout simplement pas.

L’affaire est née cet été, lorsque Piotr Koper et Andreas Richter, deux chercheurs de trésors, affirment avoir localisé un train renfermant un trésor nazi dans la région de Walbrzych (sud-ouest de la Pologne). Reste que ce train n’est pas stationné, mais enfoui.

Des conclusions déjà contestées

Une équipe de scientifiques est alors chargée de sonder les profondeurs du sol polonais à l’aide de détecteurs de métaux, de radars à pénétration et d’un magnétomètre pour mesurer les champs magnétiques. Et leurs conclusions sont formelles : « Il n'y a aucune preuve qu'un train nazi transportant des pierres précieuses et de l'or ait été découvert en Pologne ». Si ces experts concèdent « qu'il pourrait y avoir un tunnel », ils affirment qu’il n’y a « pas de train », rapporte la BBC.

Ces conclusions sont déjà contestées par Piotr Koper, l’un des deux chercheurs de trésors. Ce mardi, il a remis en cause la méthodologie de l'enquête et a affirmé que le train était bel et bien caché dans un souterrain près de Wroclaw. Rappelons qu’au mois d’août, le vice-ministre de la Culture, Piotr Zuchowski, avait déclaré que les images radar l'avaient laissé à « 99% convaincu » qu'un train militaire allemand avait été enterré près de Walbrzych.

Les récits sur deux trains spéciaux nazis, disparus au printemps 1945 dans la région de Walbrzych, et contenant prétendument de l’or et des œuvres d’art, excitent depuis des années l’imagination de nombreux chasseurs de trésors. Ils s’appuient sur l’existence d’importantes constructions souterraines allemandes, y compris celles autour de l’immense château de Ksiaz (Fürstenstein), proche de Walbrzych. Les nazis y avaient mené d’importants travaux pour y installer un des Q.G. d’Hitler.