Menaces en Syrie: Poutine ordonne à l'armée russe une «extrême fermeté»

DAESH Il y a trois semaines, l’aviation turque a détruit un bombardier russe près de la frontière syrienne

20 Minutes avec AFP

— 

Le président russe, Vladimir Poutine, lors de son adresse annuelle devant les parlementaires, le gouvernement et les gouverneurs des régions de Russie, au Kremlin à Moscou, le 3 décembre 2015.
Le président russe, Vladimir Poutine, lors de son adresse annuelle devant les parlementaires, le gouvernement et les gouverneurs des régions de Russie, au Kremlin à Moscou, le 3 décembre 2015. — Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Le président Vladimir Poutine a ordonné vendredi à l’armée russe de répondre avec une « extrême fermeté » à toute force qui la menacerait en Syrie, près de trois semaines après la destruction par l’aviation turque d’un bombardier russe près de la frontière syrienne.

>> A lire aussi: Un soldat armé sur un bateau russe provoque un nouvel incident diplomatique

« J’ordonne d’agir avec une extrême fermeté », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une réunion avec les responsables du ministère de la Défense. « Toute cible menaçant les unités russes ou nos infrastructures au sol sera détruite immédiatement ».

Crash d'un Su-24

« Il est important de coopérer avec tout gouvernement qui est réellement intéressé par l’élimination des terroristes », a-t-il toutefois poursuivi, citant comme exemple l’accord pour éviter les incidents dans le ciel syrien conclu avec la coalition internationale menée par les États-Unis.

La Russie avait déjà pris des mesures supplémentaires pour protéger ses avions en Syrie après le crash le 24 novembre d’un Su-24, abattu par l’aviation turque près de la frontière syrienne, une action qui a provoqué une grave crise dans les relations entre Moscou et Ankara.

Les bombardiers russes effectuent ainsi désormais leurs missions en Syrie sous la protection de chasseurs. Des systèmes de DCA S-400 ont été déployés sur la base aérienne de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie. Le croiseur lance-missiles Moskva, navire-amiral de la flotte de la mer Noire, mouille également depuis l’incident au large de Lattaquié.