COP21: entretien téléphonique Xi Jinping-Obama pour «renforcer les efforts»

© 2015 AFP

— 

Le président américain Barack Obama (à gauche) et le président chinois Xi Jinping à Manille le 19 novembre 2015
Le président américain Barack Obama (à gauche) et le président chinois Xi Jinping à Manille le 19 novembre 2015 — SAUL LOEB AFP

Les présidents chinois et américain, Xi Jinping et Barack Obama, ont convenu vendredi au téléphone de renforcer leurs efforts pour parvenir à un accord d'ici samedi matin à la conférence de Paris sur le climat, a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères.

«A l'approche de la fin des négociations à la conférence de Paris, la Chine et les Etats-Unis doivent renforcer leur coordination avec toutes les parties et déployer des efforts communs pour s'assurer» que la COP21 «parvienne à un accord comme prévu», a déclaré le président chinois, cité par le ministère sur son site internet.

L'accord universel contre le réchauffement de la planète, initialement prévu pour vendredi, a été repoussé à samedi après le report de la présentation d'une version finale, à l'issue d'une nouvelle nuit d'âpres négociations au cours de laquelle plusieurs pays ont campé sur leurs positions.

Selon le communiqué chinois, qui ne cite pas directement Barack Obama, ce dernier a répondu à son homologue que les Etats-Unis étaient désireux de maintenir la coordination avec la Chine.

Le président Xi a souligné que la communauté internationale tout entière bénéficierait d'un accord à Paris, a ajouté le communiqué.

La Chine et les Etats-Unis sont les deux principaux pollueurs de la planète, la Chine à elle seule étant à l'origine de près du double des émissions de Co2 des Etats-Unis.

Le président Xi Jinping s'est engagé l'an dernier, lors d'une rencontre au sommet avec Barack Obama, à ce que la Chine parvienne à stabiliser ses émissions «autour de 2030».

Vendredi, une porte-parole de la diplomatie chinoise, Mme Hua Chunying, a reconnu qu'«une certaine distance restait à parcourir avant un accord final», et que «quelques questions-clé demeuraient non résolues» à Paris.

«Les pays développés doivent jouer un rôle décisif et faire de plus grands efforts», a ajouté la porte-parole, tout en appelant les participants à la conférence à faire montre de «souplesse» et à «réduire les divergences».