Les deux otages sud-coréennes toujours pas libérées

avec AFP

— 

Les talibans et une délégation de Séoul ont entamé vendredi, pour la première fois, des négociations directes sur le sort des 21 otages sud-coréens qu'ils détiennent depuis plus de trois semaines en Afghanistan.
Les talibans et une délégation de Séoul ont entamé vendredi, pour la première fois, des négociations directes sur le sort des 21 otages sud-coréens qu'ils détiennent depuis plus de trois semaines en Afghanistan. — Kim Jae-Hwan AFP/Archives

Une grande confusion règne autour du sort de deux des otages sud-coréennes en Afghanistan. Vendredi, les talibans avaient commencé des négociations directes avec les Sud-Coréens, puis, samedi, les talibans avaient fait connaître leur volonté de libérer deux otages malades.

Mais, dimanche, une agence de presse sud-coréenne, Yonhap, citant un porte-parole des insurgés afghans, annonçait que les talibans étaient revenus sur leur décision. Une information contredite par un chef des services de renseignements de Ghazni ainsi que par Abdullah Jan, un commandant des talibans. «Les deux Sud-Coréennes sont encore entre les mains des talibans et, Inch’allah (si Dieu le veut), elles seront libérées dans l’après-midi aujourd’hui comme geste de bonne volonté de la part du haut conseil des talibans», a déclaré dimanche par téléphone ce commandant des talibans pour la province de Ghazni, dans le sud de l’Afghanistan, où 23 évangélistes sud-coréens avaient été enlevés il y a vingt-cinq jours.


Les talibans ont déjà exécuté deux d’entre eux, deux hommes, le 25 et le 30 juillet. Seize femmes figurent parmi les 21 otages restants.

Kaboul, soutenu par Washington, a jusqu’à présent refusé de libérer des talibans détenus comme le demandent les preneurs d’otages, craignant d’encourager d’autres enlèvements.