Venezuela: Victoire de l'opposition de droite pour la première fois en 16 ans

ELECTIONS La coalition d'opposition a remporté les législatives de dimanche...

20 Minutes avec AFP

— 

Des partisans de l'opposition vénézuelienne crient leur joie dans les rues de Caracas.
Des partisans de l'opposition vénézuelienne crient leur joie dans les rues de Caracas. — AFP

Cela faisait seize ans que le parti d’opposition n’avait pas connu pareille fête au Venezuela. La Table de l’unité démocratique (MUD), grande coalition d’opposition, a en effet décroché 99 des 167 sièges du Parlement monocaméral, contre 46 pour le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) du président Nicolas Maduro, a annoncé la présidente du Conseil national électoral, Tibisay Lucena.

>> A lire aussi : Un opposant tué par balle lors d’un meeting

Le scrutin de dimanche a été marqué par l’exaspération populaire face à la crise économique ayant vidé les supermarchés de ce pays pétrolier. Même s’il reste 22 sièges encore non attribués, en attendant que s’achève le comptage des voix, cette coalition disparate, de la gauche à la droite dure s’approche de la majorité des trois cinquièmes (il ne leur manque que deux sièges). Résultat, le MUD pourrait lancer un vote de censure contre le vice-président ou l’un des ministres.

Scrutin dans le calme

Elle veut adopter au premier semestre 2016 des réformes économiques et une amnistie pour les 75 prisonniers politiques qu’elle recense. Mais dans ce régime présidentiel, elle devra lutter pour exercer un contre-pouvoir face au chavisme (du nom de l’ex-président Hugo Chavez), Nicolas Maduro pouvant limiter les pouvoirs du Parlement, qui entrera en fonction le 5 janvier, au risque toutefois d’entraîner de fortes protestations.

Malgré les craintes de troubles, dans l’un des pays les plus violents au monde, marqué en 2014 par des manifestations ayant fait officiellement 43 morts, la journée électorale s’est déroulée dans le calme et avec « une participation extraordinaire », selon Tibisay Lucena.

Immédiatement après, Nicolas Maduro, 53 ans, est apparu, le visage grave, lors d’une allocution télévisée. « Nous sommes venus avec notre morale, avec notre éthique, pour reconnaître ces résultats adverses, pour les accepter et pour dire à notre Venezuela que la Constitution et la démocratie ont triomphé », a déclaré l’héritier politique d’Hugo Chavez, au pouvoir depuis la mort de ce dernier 2013.