L'armée française a effectué des vols de reconnaissance en Libye

ARMÉE L'armée française a notamment survolé Syrte, fief libyen des djihadistes de l'organisation Etat islamique...

L.C. avec AFP

— 

Un Rafale décolle du porte-avions Charles de Gaulle. Photo fournie le 23 novembre 2015 par le centre d'archives audiovisuelles et Agence d'Images de la Défense.
Un Rafale décolle du porte-avions Charles de Gaulle. Photo fournie le 23 novembre 2015 par le centre d'archives audiovisuelles et Agence d'Images de la Défense. — Ministère de la Défense/ECPAD/AP/SIPA

L’armée française a effectué en novembre des vols de reconnaissance au-dessus de la Libye et notamment de la ville de Syrte, fief du groupe terroriste Etat islamique, d’après un dossier de presse diffusé vendredi par la présidence française. De futures missions de reconnaissance sont planifiées.

>> A lire aussi : Pourquoi la Libye est-elle le nouvel eldorado des djihadistes ?

Des missions menées depuis le Charles de Gaulle

Le porte-avions Charles de Gaulle, parti le 18 novembre de Toulon, a « conduit une première phase d’opération les 20 et 21 novembre en Libye (deux missions ISR dans les régions de Syrte et Tobruk) », précise le dossier de presse, paru ce vendredi à l’occasion d’une visite surprise du président François Hollande sur le bâtiment.

Les missions aériennes ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance) ont pour objectif de collecter du renseignement sur des mouvements de troupes et des cibles potentielles. En Libye, le but est de «récolter des informations et des renseignements, en particulier sur les mouvements terroristes», aussi bien l'Etat islamique que l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon la même source.

Le Charles de Gaulle est engagé dans des opérations contre l’Etat islamique en Syrie et Irak, depuis le sud de Chypre, dans l’Est de la Méditerranée. Le porte-avions doit ensuite poursuivre sa mission dans le Golfe. D’ici là, « les opérations aériennes se déroulent à un rythme de 10 à 12 sorties par jour. Des vols ISR en Libye sont également planifiés », selon le dossier de presse.

La montée en puissance de Daesh en Libye

Ces dernières semaines, les Occidentaux se sont alarmés de la montée en puissance de l’Etat islamique en Libye, source directe de menace pour l’Europe et l’Afrique. Mais ils excluent pour l’heure toute intervention dans ce pays.

>> A lire aussi : Le chaos libyen menace la stabilité de la région

L’état-major des armées et l’Elysée, joints par l’AFP, n’ont pas fourni de précisions sur ces informations.