Boko Haram: Neuf cents otages libérés par l'armée camerounaise

TERRORISME La revendication de l'armée camerounaise, qui affirme également avoir tué une centaine d'islamistes, n'est malheureusement pas confirmable par une source indépendante...

N.Bg. avec AFP

— 

Des soldats à Kano, au Nigeria, après un attentat commis par Boko Haram le 18 novembre 2015.
Des soldats à Kano, au Nigeria, après un attentat commis par Boko Haram le 18 novembre 2015. — Muhammed Giginyu/AP/SIPA

La mort pour les terroristes, la liberté pour leurs otages. L’armée camerounaise a affirmé ce mercredi avoir porté un coup sévère aux islamistes nigérians de Boko Haram, tuant « une centaine » d’entre eux et libérant 900 otages au cours d’une opération de trois jours dans l’extrême-nord du pays. Cette revendication, impossible à confirmer de source indépendante, intervient au lendemain d’un nouveau double attentat-suicide mené mardi soir par les islamistes dans la région qui a tué six civils dans la localité de Waza.

>> A LIRE. Qui est derrière la secte islamiste Boko Haram ?

« Une opération spéciale de ratissage menée du 26 au 28 novembre contre les combattants » de Boko Haram dans les localités frontalières avec le Nigeria « a permis de neutraliser plus d’une centaine de djihadistes », affirme dans un communiqué lu à la radio nationale le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo.

Des otages, mais quels otages ?

D’après le communiqué, cette opération a aussi permis de « libérer près de 900 otages, de saisir une importante cargaison d’armes et de munitions, ainsi que des drapeaux blancs-noirs de l’Etat islamique » auquel Boko Haram a fait allégeance en mars 2015. Aucune précision n’a été fournie sur le profil de ces « otages ».

Ce bilan de l’opération militaire n’a pas pu être confirmé de source indépendante. Jointes par téléphone dans cette région inaccessible à la presse, certaines sources sécuritaires ont confirmé l’opération, sans être en mesure de fournir un bilan précis recoupant celui du gouvernement camerounais.

Depuis le mois de juillet, l’extrême-nord du Cameroun est régulièrement visé par des attentats-suicides attribués aux djihadistes nigérians.