Burkina Faso: Kaboré, premier président élu démocratiquement du pays

TRANSITION Il a été élu au premier tour...

M.P. avec AFP

— 

Roch Marc Christian Kaboré le 1er décembre 2015 le soir de sa victoire à la présidentielle burkinabée.
Roch Marc Christian Kaboré le 1er décembre 2015 le soir de sa victoire à la présidentielle burkinabée. — AFP

Le Burkina Faso vit une transition douce. Le pays a élu son nouveau président, Roch Marc Christian Kaboré, dès le premier tour, en obtenant la majorité absolue avec 53,49 % des suffrages (1.668.169 voix) contre 29,65 % (924.811 voix) recueillis par son plus sérieux rival Zephirin Diabré. L’ancien baron du régime de l’ex-président Blaise Compaoré devient le premier chef d’Etat démocratiquement élu depuis 1978.

Avant même l’annonce des résultats provisoires de la commission indépendante, Zephirin Diabré a reconnu sa défaite et s’est même rendu au siège du nouveau président pour le féliciter.

Acclamé par plusieurs milliers de personnes réunies devant le siège de son parti, Roch Marc ChristianKaboré a déclaré à ses partisans : « Nous devons nous mettre au travail immédiatement. C’est tous ensemble que nous devons servir le pays ». Il a également adressé ses « chaleureuses félicitations aux organes de la transition », mis en place après la chute du régime de Compaoré et qui ont organisé le scrutin.

L’ONU salue le vote de transition

Cette élection doit tourner la page d’une année de transition tendue et surtout de 27 ans de régime Compaoré. Roch Marc Christian Kaboré est toutefois un fidèle compagnon de l’ex-président, avec qui il n’a rompu que dix mois avant sa chute.

>> A lire aussi : Les enjeux du scrutin présidentiel

Ce scrutin, couplé à des législatives, était organisé un an après l’insurrection populaire qui a chassé du pouvoir Blaise Compaoré en octobre 2014, alors qu’il tentait de modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a salué lundi « la manière pacifique » dont ont été conduites les élections et plus particulièrement la « forte participation des femmes au processus électoral ».