Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et son homologue turc Ahmet Davutoglu à Ankara (Turquie), le 18 novembre 2015.
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et son homologue turc Ahmet Davutoglu à Ankara (Turquie), le 18 novembre 2015. — Burhan Ozbilici/AP/SIPA

DIPLOMATIE

Avion russe abattu: Tsipras s'en prend à la Turquie sur Twitter

La Grèce et la Turquie assistaient dimanche à un sommet européen sur la crise migratoire à Bruxelles...

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras peut parfois être fougueux. Sur Twitter, il s’en est pris à la Turquie, ennemi historique de la Grèce, alors que les deux pays ont assisté dimanche à un sommet sur la crise migratoire réunissant à Bruxelles la Turquie et l’Union européenne (UE). Utilisant comme prétexte l’avion russe abattu le 24 novembre dernier par l’armée turque, Alexis Tsipras a ensuite dévié sur la crise migratoire européenne, à laquelle son pays est particulièrement exposé.

>> A lire aussi : Accord de 3 milliards d’euros entre l’UE et la Turquie pour la crise migratoire

Diplomatie 2.0

Alexis Tsipras a adressé quatre tweets cinglants, en anglais, à son homologue turc, Ahmet Davutoglu. « Heureusement que nos pilotes ne sont pas si nerveux que les vôtres envers les Russes ». Avant de poursuivre : « Ce qui se passe en Égée est stupide et inconcevable, « nous dépensons des milliards en armements, vous pour violer l’espace aérien, nous pour vous intercepter », a-t-il enchaîné.

« Nous avons les systèmes d’armement les plus modernes dans l’air, et en dessous nous ne pouvons pas localiser les passeurs qui noient des innocents », a-t-il finalement conclu.

Ces messages peu diplomatiques n’ont pas échappé à leur cible, qui a répondu sèchement, toujours sur Twitter et en anglais. « Les commentaires sur les pilotes par @atsipras ne reflètent pas l’esprit du jour. Alexis, concentrons-nous sur notre agenda positif », a rétorqué Ahmet Davutoglu.

Tweets supprimés

Rétropédalage ? Quelques heures plus tard ces tweets rageurs ont été effacés, uniquement en anglais, rapporte The Guardian.

 

A la place, Alexis Tsipas en a publié d’autres, plus consensuels. « Nous soutenons l’avancée du processus d’adhésion [de la Turquie à l’UE] sur la base du cadre de négociations existant », « nous sommes dans le même voisinage et nous devons parler honnêtement pour trouver des solutions »

 

Mais ces tweets sont toujours disponibles sur le compte officiel en grec du Premier ministre :