Kenya: Le pape François dénonce la radicalisation des jeunes et l'arrogance des hommes

VISITE Radicalisation des jeunes et soutien à la famille étaient au programme des discours du souverain pontife...

20 Minutes avec agences

— 

Le pape François célèbre une messe en plein air à l'Université de Nairobi, le 26 novembre 2015 au Kenya
Le pape François célèbre une messe en plein air à l'Université de Nairobi, le 26 novembre 2015 au Kenya — GIUSEPPE CACACE AFP

En visite au Kenya ce jeudi, pour son deuxième jour en Afrique, le pape François a dénoncé la radicalisation des jeunes, la violence au nom de Dieu, l’arrogance des hommes et le mépris à l’égard des femmes.

C’est à l’ambassade du Saint-Siège à Nairobi, où il s’adressait aux représentants des Églises anglicanes, luthériennes, méthodistes, pentecôtistes, ainsi qu’aux dignitaires de l’islam et des religions animistes, que le chef de l’église catholique a lancé : « Notre conviction commune est que le Dieu que nous cherchons à servir est un Dieu de paix ! Son saint Nom ne doit jamais être utilisé pour justifier la haine et la violence ».

>> A lire aussi : Le pape François entame en Afrique le voyage le plus risqué de son pontificat

En référence aux attentats de Paris et aux attaques sur le sol kényan, il a déploré que « trop souvent, des jeunes sont rendus extrémistes au nom de la religion pour semer discorde et peur et pour déchirer le tissu même de notre société ». Le pape a ainsi plaidé pour « le dialogue œcuménique et interreligieux », affirmant qu’il « n’est pas un luxe ».

Un plaidoyer sur la famille

Devant des milliers de Kényans réunis pour une messe sur le campus de l’université de Nairobi, le souverain pontife a également fait un plaidoyer pour la famille, dans lequel il a évoqué le sort des femmes. « Nous sommes appelés à résister aux pratiques qui favorisent l’arrogance chez les hommes, qui blessent ou méprisent les femmes, qui ne soignent pas les anciens et qui menacent la vie des innocents qui ne sont pas encore nés », a-t-il déclaré dans son homélie.

Le pape François a tenu à rappeler que la solidité de la famille « est particulièrement importante aujourd’hui que nous assistons à l’avancée de nouveaux déserts créés par une culture du matérialisme, de l’égoïsme et de l’indifférence ».