Macédoine: Bloqués à la frontière, cinq migrants iraniens se cousent les lèvres

SOCIETE Certains portaient également l'inscription « Iran » sur le front ou le torse...

20 Minutes avec agences

— 

Au moins cinq migrants, qui déclarent être iraniens, s'étaient cousu les lèvres lundi 23 novembre à la frontière gréco-macédonienne pour protester contre le refus de la Macédoine de les laisser passer, le pays ayant instauré un filtrage par nationalité.
Au moins cinq migrants, qui déclarent être iraniens, s'étaient cousu les lèvres lundi 23 novembre à la frontière gréco-macédonienne pour protester contre le refus de la Macédoine de les laisser passer, le pays ayant instauré un filtrage par nationalité. — Robert Atanasovski/AFP

Bloqués à la frontière gréco-macédonienne, au moins cinq migrants, qui déclarent être Iraniens, se sont cousus les lèvres, ce lundi, en signe de protestation. Tous entendaient faire ainsi savoir que la Macédoine refusait de les laisser passer par le poste frontalier macédonien d’Idomeni.

Ce poste frontalier est le point de passage habituel des migrants qui ont réussi à arriver sur les îles grecques en mer Egée en provenance des côtes occidentales turques et qui veulent poursuivre leur périple vers les pays de l’Europe du nord. C’est ici que la Macédoine aurait instauré un filtrage par nationalité.

plus dun millier de migrants des nationalités non acceptées sont bloqués

Au total, selon une source policière, plus d’un millier de migrants des nationalités non acceptées (Iraniens, Pakistanais, Marocains, Algériens, Bangladeshis ou encore Somaliens) étaient encore bloqués, ce lundi, près de ce poste frontière.

Parmi eux, ces cinq Iraniens, donc. Tous font partie d’un groupe d’une centaine de jeunes migrants qui campent depuis vendredi sur la voie ferrée frôlant la frontière et perturbent le trafic ferroviaire entre la Grèce et la Macédoine. « Seulement la liberté », avait écrit, en anglais, l’un des protestataires sur son torse, alors que tous portaient également l’inscription « Iran » sur leur front ou leur torse.