L’acquittement de parents qui séquestraient leur fille crée la polémique

ITALIE Selon la cour de cassation, les parents craignaient que Fatima se suicide...

— 

La classe politique est indignée. La cour de cassation italienne a confirmé jeudi l'acquittement de parents immigrés musulmans qui avaient maltraité et séquestré leur fille.

Un arrêt qui confirme la relaxe décidée par la cour d'appel de Bologne des parents et du frère de Fatima, qui avaient été condamnés en première instance pour mauvais traitements et séquestration de personne.

Elle avait rejoint un ami au lieu de se rendre à son travail


Selon les magistrats, les violences exercées par le père sur sa fille n'étaient pas habituels et répondaient à un comportement jugé incorrect, la jeune femme ayant rejoint un ami au lieu de se rendre à son travail. Quant à la séquestration, pour laquelle étaient aussi poursuivis la mère et le frère de Fatima, elle été motivée par la peur qu'elle mette à exécution sa menace de se suicider, ont-ils estimé.

La ministre de l'Egalité des chances Barbara Pollastrini s'est déclarée vendredi «blessée» par cette décision. Selon la ministre, qui défend devant le Parlement un projet de loi contre la violence faite aux femmes, il confirme «l'urgence de s'occuper des droits et de la protection de nombreuses jeunes filles et femmes immigrées dans notre pays, encore victimes aujourd'hui de comportements répressifs et d'une intolérable culture patriarcale».

Une décision qui «justifie l'islam violent et radical»

La députée de Forza Italia (droite) Isabella Bertolini a quant à elle fustigé une décision de justice «qui justifie l'islam violent et radical». La présidente de l'association des femmes marocaines en Italie, Souad Sbai, a pour sa part estimé que «la situation des femmes des communautés musulmanes en Italie s'aggrave» et a souhaité «des peines plus sévères» contre les hommes qui ne respectent pas les femmes.