Bush appelle à une conférence mondiale sur le changement climatique

ENVIRONNEMENT Pourtant, il n’est pas vraiment en pointe sur ces sujets...

— 

Le président américain George W. Bush a annoncé jeudi le gel des avoirs aux Etats-Unis de toute personne considérée comme une menace pour la stabilité politique du Liban.
Le président américain George W. Bush a annoncé jeudi le gel des avoirs aux Etats-Unis de toute personne considérée comme une menace pour la stabilité politique du Liban. — Saul Loeb AFP

George W. Bush est-il en train de virer écolo? Pas vraiment fan du protocole de Kyoto, censé limiter les émissions de particule (et donc réchauffement climatique), le président américain a appelé les grandes puissances mondiales à une conférence internationale sur le changement climatique à Washington les 27 et 28 septembre.

Gaz à effet de serre

Le but de la conférence, qui va réunir 15 pays, l'Union européenne et les Nations unies, sera de fixer un objectif à long terme de réduction des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, selon le communiqué de la Maison Blanche.

La conférence sera présidée par la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice mais le président Bush a promis qu'il interviendrait. «Les Etats-Unis s'engagent à coopérer avec d'autres grandes puissances économiques pour trouver un accord sur une contribution détaillée à un nouveau cadre mondial d'ici à la fin 2008, qui contribuerait à un accord international dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) d'ici à 2009», écrit George Bush dans son invitation.

Accélérer le développement de technologies propres

Pour l'administration Bush, le protocole de Kyoto nuit à l'économie américaine et restera inefficace tant qu'il n'imposera pas les mêmes contraintes à des pays comme l'Inde ou la Chine, en passe de devenir les premiers pollueurs au monde avant la fin de la décennie.

En plus des discussions sur un accord international, «nous entendons mettre l'accent sur la manière dont les grandes puissances économiques peuvent, en étroite collaboration avec le secteur privé, accélérer le développement de technologies propres, composante essentielle d'une approche globale des réductions des émissions de gaz à effet de serre», poursuit l'invitation.

+ 3°C d'ici à 2100

Selon le Groupe international d'experts sur l'évolution du climat (Giec) mandaté par l'Onu, les températures ont augmenté de 0,74°C au cours du siècle dernier, principalement à cause de l'activité humaine, et elles pourraient gagner 3°C d'ici à 2100 si aucune mesure n'est prise pour réduire les émissions des gaz responsables.