Attentats à Paris: Hillary Clinton résolue à «détruire l'idéologie djihadiste»

ETATS-UNIS Les attaques qui se sont produites à Paris vendredi ont dominé le débat des candidats à la primaire démocrate...

20 Minutes avec AFP

— 

Les candidats Hillary Clinton (à gauche) et Martin O'Malley, lors du débat pour la primaire démocrate, samedi 14 novembre 2015, à Des Moines, Iowa.
Les candidats Hillary Clinton (à gauche) et Martin O'Malley, lors du débat pour la primaire démocrate, samedi 14 novembre 2015, à Des Moines, Iowa. — Charlie Neibergall/AP/SIPA

Le débat devait porter sur les questions économiques. Mais les attentats de Paris ont bouleversé le programme. Réunis à Des Moines, dans l’Etat stratégique de l’Iowa, pour leur deuxième débat des primaires démocrates, les trois candidats Hillary Clinton, Bernie Sanders et Martin O’Malley ont consacré samedi une demi-heure à la sécurité nationale, au terrorisme et à la crise des réfugiés. Hillary Clinton a appelé samedi à la destruction de l'organisation de l'Etat islamique (EI).

>> EN DIRECT. Suivez l'évolution de la situation et de l'enquête

Une minute de silence en mémoire des victimes a ouvert l’émission, diffusée sur CBS.

«Nous ne sommes pas en guerre contre l'islam»

Comme le président Barack Obama, la favorite de l’investiture a refusé de parler d'« islam radical », la terminologie préférée des républicains. « Nous ne sommes pas en guerre contre l’islam », a-t-elle déclaré. « Nous sommes en guerre contre l’extrémisme violent, nous sommes en guerre contre ceux qui utilisent leur religion dans un but de pouvoir et d’oppression ».

« Nous devons être résolus pour unir le monde et détruire l’idéologie djihadiste radicale qui anime des organisations comme l’EI, un groupe terroriste violent, barbare, sans pitié », a aussi dit Hillary Clinton, première secrétaire d’Etat de Barack Obama (2009-2013). « Mais cela ne peut pas être un combat américain, bien que le leadership américain soit essentiel. »

L'invasion américaine de l'Irak accusée

Son principal rival, le sénateur « socialiste démocrate » Bernie Sanders, a répliqué que les Etats-Unis avaient une part de responsabilité dans la naissance de l’EI, à cause de l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Une attaque directe contre Hillary Clinton qui avait voté pour autoriser le président George W. Bush à user de la force contre l’Irak de Saddam Hussein.

« L’invasion désastreuse de l’Irak, à laquelle j’étais fermement opposé, a complètement déstabilisé la région et conduit à la montée d’Al Qaïda et de l’EI », a déclaré Bernie Sanders.

Les trois candidats sur scène se sont redits favorables à l’accueil de réfugiés fuyant le conflit syrien, mais ont insisté sur les précautions à prendre pour empêcher d’éventuelles infiltrations extrémistes.

Le thème des réfugiés agite la campagne présidentielle depuis vendredi, plusieurs républicains appelant à l’arrêt des arrivées, qui se font par ailleurs en ce moment au compte-gouttes.

Hillary Clinton souhaite que 65 000 réfugiés arrivent aux Etats-Unis, au lieu des 10 000 annoncés par l’administration Obama, « mais seulement si nous avons un processus de vérification et de contrôle ». « Je ne veux pas que, d’aucune façon, nous fassions entrer par inadvertance des gens qui veulent nous faire du mal », a pris soin de préciser la démocrate.