Menace terroriste: La Norvège demande à ses policiers de déposer les armes

MONDE Le directeur de la police norvégienne annoncé vendredi la fin de l’autorisation provisoire de port d’arme accordée il y a un an…

C.P. avec AFP

— 

Des policiers norvégiens armés à la gare centrale d'Oslo le 25 juillet 2015.
Des policiers norvégiens armés à la gare centrale d'Oslo le 25 juillet 2015. — HEIKO JUNGE / NTB SCANPIX / AFP

Autres pays, autres mœurs. Alors que le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve songe à élargir les règles de la légitime défense, les policiers norvégiens, eux, sont sommés de rendre leurs armes.

L’arme de service remisée dans la voiture dès le 17 novembre

Autorisés depuis un an à porter une arme à la ceinture en prévision d’attentats islamistes, ils vont de nouveau devoir s’en passer à partir du 17 novembre, la menace étant provisoirement écartée, a annoncé vendredi le directeur de la police norvégienne, Odd Reidar Humlegård au cours d’une conférence de presse.

Les 6.000 policiers en tenue concernés « devront dès lors conserver leur arme dans leur véhicule de service comme ils le faisaient auparavant », a-t-il précisé.

Les policiers norvégiens avaient été autorisés à porter leur arme à la ceinture en novembre 2014 après que le service de renseignement intérieur (PST) eut relevé son niveau d’alerte face à la menace d’attentats.

Une « très mauvaise décision ».

Un an plus tard, le PST estime que les arrestations menées dans les milieux djihadistes et le départ de militants radicalisés au Moyen-Orient ont considérablement réduit la probabilité d’attaques dans le royaume scandinave. Le PST a abaissé son niveau d’alerte fin octobre.

Le syndicat de policiers Politiets Fellesforbund, dont une majorité d’affiliés souhaitent porter une arme pendant le service, s’est aussitôt élevé contre une « très mauvaise décision ».

« L’armement temporaire a répondu à une situation extraordinaire. En l’état, nos lois ne prévoient pas l’armement systématique » des fonctionnaires de police, a rappelé Odd Reidar Humlegård.