La compagnie Egypt Air interdite de vol vers la Russie

TRANSPORT Cette annonce intervient un peu plus de deux semaines après le crash d’un avion russe sur le sol Egyptien, dans le Sinaï...

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion de la compagnie Egypt Air, en mars 2010.
Un avion de la compagnie Egypt Air, en mars 2010. — Geoff Moore / Rex Featu/REX/SIPA

Les autorités russes ont interdit à la compagnie aérienne égyptienne Egypt Air d’effectuer des vols vers la Russie, a annoncé vendredi un aéroport de Moscou sur la base d’une directive de l’Agence fédérale russe chargée de transport aérien (Rosaviatsia).

« L’aéroport a reçu un télégramme de Rosaviatsia l’informant de l’interdiction à partir du 14 novembre 2015 (samedi) des vols vers la Russie à la compagnie Egypt Air », a indiqué un porte-parole de l’aéroport Domodedovo de Moscou, cité par l’agence de presse publique Ria-Novosti. Contactée par l’AFP, Rosaviatsia s’est refusée à tout commentaire.

L’enquête sur le crash dans le Sinaï en filigrane

Cette annonce intervient un peu plus de deux semaines après le crash d’un avion russe sur le sol Egyptien, dans le Sinaï. L’accident en vol a coûté la vie aux 224 passagers de l’Airbus A321 reliant Charm el-Cheikh à Saint-Pétersbourg. Les enquêtes parallèles menées par les autorités russes et égyptiennes piétinent depuis quelques jours. L’Egypte n’avait pas souhaité livrer les boîtes noires à la Russie, préférant les analyser au Caire.

« Les premières observations ne permettent pas d’identifier l’origine de la dislocation de l’appareil », avait déclaré Ayman el-Mokaddem, un enquêteur, lors d’une conférence de presse au Caire. « (…) Un bruit est entendu à la dernière seconde de l’enregistrement » du Cockpit Voice Recorder, a-t-il poursuivi, ajoutant : « Une analyse spectrale est à venir pour déterminer l’origine de ce bruit. »

Selon cet enquêteur, « les données des deux enregistreurs de vols ont pu être téléchargées avec succès (…), le temps écoulé entre le décollage et les dernières données enregistrées est de 23 minutes et 14 secondes ». Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri avait affirmé précédemment que l’enquête en cours n’avait pas encore permis de dégager une explication.