Etats-Unis: Un mafieux de 80 ans qui a inspiré « Les Affranchis » acquitté

JUSTICE L'octogénaire est accusé d'avoir participé au braquage de l'aéroport JF Kennedy en 1978, le plus grande casse jamais organisé outre-Atlantique...

20 Minutes avec agences

— 

Vincent Asaro, à la sortie du tribunal fédéral de Brooklyn (New-York), le 12 novembre 2015
Vincent Asaro, à la sortie du tribunal fédéral de Brooklyn (New-York), le 12 novembre 2015 — Bryan R. Smith/AP/SIPA

Vincent Asaro, un mafieux de 80 ans, accusé de meurtres, racket, extorsion a été acquitté ce jeudi à New York. Un jury populaire a jugé l’octogénaire « non coupable de toutes les charges » qui avaient été retenues contre lui, a indiqué une porte-parole du tribunal fédéral de Brooklyn.

20 millions de dollars disparus dans la nature

Ancien homme de main présumé de la famille Bonanno, l’une des cinq familles new-yorkaises liées à Cosa Nostra, le gangster était accusé d’avoir pris part au casse du 11 décembre 1978 à l’aéroport JF Kennedy, où des malfaiteurs armés et masqués avaient neutralisé une dizaine d’employés pour s’emparer de 5 millions de dollars en argent liquide et 1 million en bijoux, l’équivalent de 20 millions de dollars actuels.

Le braquage plus important jamais commis aux Etats-Unis, évoqué dans le film de Martin Scorsese Les Affranchis sorti en 1990.

Le prévenu risquait la prison à perpétuité 

Vincent Asaro, qui risquait la réclusion à perpétuité, avait été arrêté en janvier 2014, quelques mois après un triple pontage.

Outre ses nombreux chefs d’inculpation, le mafieux était également accusé d’avoir étranglé un informateur présumé - Paul Katz en 1969 - avec une chaîne servant à attacher les chiens, d’avoir commandité le meurtre d’un cousin dans les années 1980 ainsi que plusieurs autres attaques à main armée avec son fils Jerome Asaro, également mis en cause dans une affaire d’incendie criminel à New York, au début des années 1980. Ressorti libre, l’ancien gangster, se réjouissant à l’approche des fêtes de fin d’année, a déclaré qu’il voulait avant tout « prendre un bon repas » avec sa famille.