Le décolleté de Hillary Clinton provoque la polémique

ETATS-UNIS Le «Washington Post» s'offusque de quelques centimètres de peau dénudée qu'a laissé entrevoir la sénatrice démocrate...

— 

Le décolleté porté par Hillary Clinton au Sénat fait scandale aux Etats-Unis.
Le décolleté porté par Hillary Clinton au Sénat fait scandale aux Etats-Unis. — Capture d'écran

Cachez ces seins démocrates que l'Amérique ne saurait voir. Un article du «Washington Post» consacré au décolleté de la candidate démocrate à l'élection présidentielle Hillary Clinton a provoqué un début de polémique aux Etats-Unis.

L'article, publié vendredi 20 juillet par la critique de mode du journal Robin Givhan, est intégralement consacré aux quelques centimètres de peau dénudée que laissait entrevoir la sénatrice de New York pendant un débat au Sénat sur l'éducation la semaine dernière.

L'article a suscité les réactions indignées de l'équipe de campagne de l'ancienne First Lady qui l'a qualifié d' «insultant» et «totalement inapproprié».

Quelques centimètres de peau qui provoquent un malaise

L'auteur y relate qu'Hillary Clinton, qui était vêtue d'un tailleur rose sur un haut noir avec un col en V, laissait apparaître un «indéniable» décolleté plongeant au cours de ce débat retransmis à la télévision. Elle affirme avoir été «étonnée par cette petite affirmation de sexualité et de féminité au sein du Congrès, conservateur -esthétiquement parlant -». Notant que la sénatrice ne se positionne pas habituellement sur le registre du «sexy», la journaliste se dit surprise de ces quelques centimètres de peau dénudée, et estime que cela provoque même un malaise.

«On est tenté de dire que ce décolleté provoque la même gêne que si la chemise de Rudy Giuliani était déboutonnée un peu trop bas. Personne n'a envie de voir ça. En réalité, c'était comme surprendre quelqu'un la braguette ouverte. On préfère regarder ailleurs!», affirme le texte.

La conseillère de la candidate, Anne Lewis, a réagi une semaine après la publication de cet article, le qualifiant de «totalement inapproprié».

Un autre journaliste, John Harwood, est venu au secours de sa collègue du «Washington Post», affirmant qu'Hillary Clinton savait qu'elle communiquait avec son décolleté.