Burundi: Le président rwandais accuse son homologue de «massacrer» la population

CONFLIT Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit ce lundi en urgence, pour évoquer la crise politique au Burundi...

20 Minutes avec AFP

— 

Des enfants devant un corps recouvert à Kinama, au Burundi. 22/07/15
Des enfants devant un corps recouvert à Kinama, au Burundi. 22/07/15 — CARL DE SOUZA / AFP

« Comment des dirigeants peuvent-ils s’autoriser à massacrer leur population du matin au soir ? » Le président rwandais Paul Kagame s’est inquiété de la situation au Burundi voisin, englué depuis six mois dans une grave crise politique, dans un discours prononcé vendredi dont l’AFP a eu connaissance dimanche.

« Les gens meurent tous les jours, les cadavres jonchent les rues », a déclaré Paul Kagame.

Propos incendiaires

Le président rwandais s’exprimait 24 heures avant l’expiration de l’ultimatum lancé par le président burundais Pierre Nkurunziza à ses opposants, et alors que les relations entre les deux pays voisins sont au plus bas.

Le chef de l’Etat burundais Pierre Nkurunziza, dont la réélection pour un troisième mandat a plongé son pays dans une crise majeure, avait donné à ses opposants jusqu’à samedi soir pour « déposer les armes » en échange d’une amnistie, ses proches tenant des propos incendiaires faisant redouter des violences ethniques à grande échelle.

Paul Kagame a estimé que la situation au Burundi « rappelle un peu celle qui a prévalu ici » au Rwanda en 1994 lors du génocide, qui en à peine 100 jours à partir d’avril 1994 a fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi.

A la demande de la France, le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir ce lundi en urgence, pour évoquer l’escalade des tensions dans ce pays.