Sarkozy propose d'investir la dette gabonaise dans la forêt

GABON Le président français était à Libreville ce vendredi...

— 

M. Sarkozy s'est enfin saisi du thème officiel de cette visite pour se poser en défenseur de la forêt gabonaise, au coeur du bassin du Congo, deuxième massif forestier au monde après l'Amazonie. "Pour le Gabon et pour le monde, la forêt est une ressource extraordinaire", a estimé le président français, "je ne veux pas qu'on pille la forêt africaine".
M. Sarkozy s'est enfin saisi du thème officiel de cette visite pour se poser en défenseur de la forêt gabonaise, au coeur du bassin du Congo, deuxième massif forestier au monde après l'Amazonie. "Pour le Gabon et pour le monde, la forêt est une ressource extraordinaire", a estimé le président français, "je ne veux pas qu'on pille la forêt africaine". — Patrick Kovarik AFP
Sauver les arbres du Gabon. Nicolas Sarkozy s'est posé en défenseur de la forêt gabonaise, vendredi, lors de sa visite officielle à Libreville, dernière étape d'une mini-tournée en Afrique. Le président français a annoncé que la France allait transformer une partie de la dette gabonaise à son égard, soit 50 millions d'euros, en investissements pour la forêt.

80% du territoire du pays


«Pour le Gabon et pour le monde, la forêt est une ressource extraordinaire», a estimé le président français, «je ne veux pas qu'on pille la forêt africaine».

La forêt gabonaise, qui recouvre 80% du territoire du pays, fait partie du vaste ensemble du bassin du Congo, deuxième massif forestier derrière l'Amazonie. A l'issue de sa conférence de presse, Nicolas Sarkozy s'est rendu en compagnie de son homologue gabonais Omar Bongo Ondimba dans la forêt de la Mondah, à une quinzaine de km au nord de Libreville, une des dernières forêts côtières de zone très humide encore existante sur le littoral ouest-africain.

Jane Goodall

Il était notamment accompagné de la célèbre primatologue britannique Jane Goodall, qui se bat notamment pour la préservation des forêts du bassin du Congo, qui abrite la plus grande partie des populations de grands singes au monde. Les deux chefs d'Etat se sont vu expliquer les principes d'aménagement durable de la forêt.