A un an de l'élection présidentielle américaine, tout reste ouvert

ETATS-UNIS «20 Minutes» fait le point sur les chances des principaux candidats...

Philippe Berry

— 

Les candidats à la présidentielle américaine: Marco Rubio, Ted Cruz et Bernie Sanders (gauche), Hillary Clinton (centre) et Ben Carson, Donald Trump et Jeb Bush (droite)
Les candidats à la présidentielle américaine: Marco Rubio, Ted Cruz et Bernie Sanders (gauche), Hillary Clinton (centre) et Ben Carson, Donald Trump et Jeb Bush (droite) — PHOTOMONTAGE 20 MINUTES / PHOTOS AP/SIPA

On passe aux choses sérieuses. Dans un an jour pour jour, l'Amérique se choisit un nouveau président. Les sondages, 12 mois à l'avance, prédisent rarement le bon vainqueur. En revanche, les sites de paris en ligne voient souvent juste.

Le point chez les démocrates

1.Hillary Clinton, la patronne

Il ne devait même pas y avoir de match. Et puis les deux polémiques sur ses emails et sur l'attaque de Benghazi ont fait des dégâts, avec une chute de 20% dans les sondages. Oui mais voilà, Hillary a sifflé la fin de la récréation lors du premier débat. Quelques jours plus tard, elle n'a pas cédé un pousse pendant un interrogatoire de 11 heures face aux républicains du Congrès. Sauf accident, avec 55% d'intentions de vote, elle doit remporter la nomination assez tôt. Mais face aux républicains, elle est au coude-à-coude avec tout le monde dans les sondages, y compris face aux candidats surprises Donald Trump et Ben Carson.

2.Bernie Sanders, la surprise socialiste

Personne ne l'attendait à ce niveau. Mais avec son énergie et ses convictions, Sanders a mis le socialisme sur le devant le la scène. Son problème, c'est qu'il semble plafonner à 30%. Et qu'il mise tout sur les deux premières primaires, dans l'Iowa et le New Hampshire. Au-delà, il n'a pas assez de soutiens et d'argent pour faire bonne figure dans tout le pays.

Le point chez les républicains

1.Ben Carson, le leader temporaire

Doucement mais sûrement, cet outsider a séduit les chrétiens évangéliques pour se hisser en tête du peloton. Mais l'ex-neurochirurgien se trouve désormais sous le feu des projecteurs. Ses déclarations controversées sur la science sont moquées sur Twitter via le mème #BenCarsonWikipedia. Plus gênant, il est accusé d'avoir enjolivé son histoire personnelle. Chez les parieurs, il n'est qu'en 4e position et il va jouer gros lors débat du 10 novembre.

2.Donald Trump, le poil à gratter

D'abord perçu comme un troll, Trump n'a pas son pareil pour exploiter les failles de ses adversaires. Moqué pour son «apathie», Bush en sait quelque chose. Vendredi, Trump s'est attaqué «aux mensonges» de Ben Carson. Bien placé dans les deux premiers Etats (Iowa et New Hampshire), le «Donald» a de quoi durer un moment. Jusqu'à la nomination? Ce n'est plus exclu. Il se trouve désormais en deuxième position chez les bookmakers.

3.Marco Rubio, le favori des bookmakers

Rubio ou Bush, il n'y a pas de place pour les deux. Les hommes forts de Floride courtisent la base du parti et le vote hispanique. Après des débuts discrets, Marco Rubio a démonté son ancien mentor lors du troisième débat. Sans gaffe majeure commise jusqu'à présent, c'est désormais le favori des parieurs.

4.Ted Cruz, le cowboy en embuscade

Il se présente comme le candidat anti-establishment, champion du Tea Party et pourfendeur de Washington. Droit dans ses bottes, cet ultraconservateur a du charisme et du talent. Passé par Princeton et Harvard, il excelle dans les débats et s'est hissé en 4e position dans les sondages et en 5e chez les bookmakers. Son problème, c'est qu'il n'a pas de soutiens chez les cadres du parti et qu'il est sans doute trop conservateur pour l'emporter face à Hillary Clinton.

5.Jeb Bush, l'héritier à la dérive

SOS, Bush en détresse. Il a l'argent et les soutiens, mais il n'y arrive pas. Sans enthousiasme et sans énergie, l'ancien favori s'éteint de débat en débat. Il a tenté de relancer sa campagne avec le slogan #JebCanFixIt et tous les internautes se moquent de lui sur Twitter. 5e dans les sondages, 3e chez les parieurs, il a besoin d'un miracle au prochain débat télévisé.