Mozambique: La mystérieuse «bière tueuse» n'était pas le fait d'un criminel

SANTE Le breuvage artisanal, qui a provoqué la mort de 75 personnes, a été brassé avec une farine contenant une bactérie toxique...

20 Minutes avec agences
— 
Une brasserie artisanale.
Une brasserie artisanale. — Emmanuel Dunand AFP

La bière artisanale avait provoqué la mort de 75 personnes le 9 janvier dernier, au Mozambique. D’emblée la population locale et les médias avaient évoqué une « mystérieuse contamination » ou un acte criminel réalisé grâce à une « bière tueuse » élaborée à partir de bile de crocodile.

Une farine de maïs détériorée par de l’eau de pluie

Que nenni. Le ministère de la Santé, écartant tout empoisonnement criminel, vient d’annoncer que le breuvage avait été brassé avec une « farine de maïs utilisée pour sa fabrication, mais impropre à la consommation, car elle contenait une bactérie toxique ».

La brasseuse, qui figure parmi les victimes, a utilisé une farine de maïs détériorée par de l’eau de pluie pour préparer 210 litres de bière artisanale, a précisé, ce mercredi, Ilesh Jani, directeur de l’Institut mozambicain de la santé, qui dépend du ministère.

>> A lire ici : Turquie : Du raki coupé à l’antigel à l’origine de 23 décès à Istanbul

232 personnes avaient été affectées

Cette bière artisanale avait été servie, à Chitima, à des personnes de retour d’un enterrement. Le soir même, des victimes avaient été retrouvées mortes chez elles, et de nombreux malades présentant des diarrhées et de fortes douleurs musculaires s’étaient rendus au poste de santé local. Au total, 232 personnes avaient été affectées par l’ingestion de cette bière frelatée, parmi elles 75 étaient mortes dans les jours suivants.

Une enquête avait été ouverte. Des échantillons de la boisson, de sang et de liquides gastriques avaient été envoyés au Portugal et en Afrique du Sud pour être analysés, sans succès durant plusieurs mois. C’est finalement aux Etats-Unis que la présence d’une bactérie dans la farine de maïs détériorée a été révélée. Une bactérie identifiée sous le nom de Burkholderia gladioli.