Scandale financier: Un nouveau «Vatileaks» entache l’image du Vatican

RELIGION 400 millions d’euros auraient été détournés de la caisse du «Denier de Saint-Pierre»…

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François pour l'Angelus au Vatican, le 25 octobre 2015.
Le pape François pour l'Angelus au Vatican, le 25 octobre 2015. — Alessandra Tarantino/AP/SIPA

« Vatileaks », deuxième acte. De nouveaux scandales sont révélés par deux livres à paraître sur le Vatican, rapporte ce mardi la presse italienne.

Un prélat espagnol, Mgr Lucio Angel Vallejo Balda, et une laïque italienne, Francesca Chaouqui, sont accusés d'avoir divulgué des documents économiques du petit Etat. Ils ont été arrêtés ce week-end au Vatican. Francesca Chaouqui a été remise en liberté.

400 millions d'euros détournés

Les livres Avarice d'Emiliano Fittipaldi de l'hebdomadaire L'Espresso et Via crucis de Gianluigi Nuzzi du groupe télévisé Mediaset seront en librairie le 5 novembre.

>> A lire aussi: Le journal du Vatican dénonce les «loups» à l'origine de fuites

Ils rapportent que les dons reçus par le Saint-Siège à l'intention des plus pauvres ne sont pas tous destinés à des oeuvres de bienfaisance. Selon Emiliano Fittipaldi, 400 millions d'euros auraient été ainsi détournés de la caisse du «Denier de Saint-Pierre» pour les besoins de la Curie.

Un trou de 700.000 euros au supermarché

De même, des cardinaux « continuent à vivre dans des appartements de 500 m2 », ajoute Gianluigi Nuzzi, qui fut aussi impliqué lors de la précédente fuite de documents à la fin du pontificat de Benoît XVI.

Il fait état «de pertes dues à des différences d'inventaire», avec des «trous» de 700.000 euros au supermarché du Vatican et de 300.000 euros à la pharmacie vaticane.

Selon ce journaliste, le pape aurait présidé une réunion à huis clos en 2013, déplorant que «les frais soient hors de contrôle», relevant une augmentation de 30% du nombre des employés en 5 ans.

«Aider le pape»

Sans mentionner Mgr Vallejo Balda et Mme Chaouqui, M. Nuzzi affirme que «ses sources» ont souhaité «aider le pape», en publiant des documents auxquels ils avaient pleinement droit d'accès dans la Commission d'experts économiques où ils travaillaient.

Cela «n'est absolument pas une façon d'aider la mission du pape», avertissait lundi le communiqué du Vatican en parlant de «grave trahison de sa confiance». Le journaliste Fittipaldi a défendu mardi son enquête dans La Stampa: «Ce travail a commencé il y a un an et se fonde sur des informations vérifiées», a-t-il assuré.

«Je comprends bien que le Vatican se montre préoccupé (...) Une telle enquête peut alarmer parce qu'elle révèle la distance entre le positionnement pour les pauvres du pape et le fonctionnement réel de la machine vaticane», a ajouté le journaliste.