Israël: Un ministre propose de transférer les chats errants à l'étranger

RELIGION Selon la Société israélienne de protection des animaux, près de deux millions de minous squattent les rues du pays…

20 Minutes avec agences

— 

Chats errants (Illustration)
Chats errants (Illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES

Israël a un problème avec ses chats, des chats errants bien trop nombreux pour le pays. Pour y remédier, Ouri Ariel, le ministre de l’Agriculture, membre du parti nationaliste religieux, a sa petite idée. Puisque la castration est contraire aux principes du judaïsme, comme le rappelle Slate, et qu’une loi d’Israël votée en 1994 interdit la torture, l’empoisonnement et l’abandon de bêtes en Israël, il propose de les transférer tout simplement « vers un pays étranger », révèle le quotidien Yedioth Ahronoth.

Le ministre aurait fait cette proposition dans un courrier administré au ministre de l’Environnement Avi Gabbay, afin de suggérer que le budget ministériel prévu pour empêcher la reproduction des chiens et chats errants soit utilisé pour ce transfert.

Une proposition de « lamentable », un plan « moyenâgeux »

Forcément, le ministre s’est attiré les foudres de la Société israélienne de protection des animaux. Dans un communiqué, les défenseurs des bêtes ont ainsi qualifié cette proposition de « lamentable ». « Le problème des chats errants est grave et on évalue à près de deux millions le nombre de chats dans les rues en Israël, a précisé la Société. L’argent destiné à la castration ne peut être détourné pour d’autres motifs et nous déposerons un appel en justice contre cette initiative. »

De son côté, le député Yoel Hasson (Union sioniste, opposition) a évoqué un plan « moyenâgeux », ajoutant que « si on avait besoin d’une preuve supplémentaire de l’influence religieuse extrémiste sur la vie en Israël, le ministre Ariel a prouvé que nous nous dirigeons vers une théocratie ».

>> A lire ici : L’Australie déclare la guerre à… deux millions de chats errants

« Demain, le ministre trouvera une raison religieuse pour transférer des êtres humains »

« Cette proposition est immorale. Aujourd’hui les chats. Demain, le ministre trouvera une raison religieuse pour transférer des êtres humains », a également déclaré Yoel Hasson, faisant allusion aux idées radicales d’Ouri Ariel, qui avait siégé dans le passé au Parlement au sein d’un parti d’extrême droite dont certains membres prônaient le transfert volontaire des Palestiniens.

Le ministre Ouri Ariel a, lui, assuré « être tenu de faire le maximum pour éviter de faire souffrir les animaux ».