Le blogueur saoudien Raef Badaoui se voit attribuer le prix Sakharov

LIBERTE Il a été condamné dans son pays pour « insulte » envers l'islam...

M.P. avec AFP

— 

Le blogeur saoudien Raef Badaoui, le 16 janvier 2015
Le blogeur saoudien Raef Badaoui, le 16 janvier 2015 — - Famille du blogueur

Le blogueur saoudien Raef Badaoui, actuellement emprisonné pour « insulte » envers l’islam, est le lauréat du Prix Sakharov pour la liberté d’expression, décerné ce jeudi par le Parlement européen.

>> A lire aussi, le portrait de Raef Badaoui

Raef Badaoui avait été arrêté le 17 juin 2012 pour des articles publiés sur son site Liberal Saudi Network, un « réseau de discussions en ligne dont l’objectif est d’encourager les débats politiques, religieux et sociaux ». Ses écrits, notamment un sur la police religieuse, la « muttawa », ont irrité le régime. En mai 2014, il a été condamné à dix ans de prison, mille coups de fouet et une amende d’un million de riyals (environ 226.000 euros), ce qui a provoqué des réactions dans le monde entier.

 

Manifestation en Autriche contre la sentence du blogueur saoudien Raef Badaoui, à Vienne le 6 février 2015. - Hans Punz/AP/SIPA

 

Malgré tout, en janvier dernier, il a reçu 50 premiers coups de fouet publiquement. Mais, face à la mobilisation internationale, Ryad a suspendu le châtiment, officiellement pour raisons médicales. Il y a quelques jours, son épouse, réfugiée au Canada, tentait de prévenir la communauté internationale de la reprise imminente du châtiment.

L'UE demande sa libération

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a appelé jeudi le roi Salmane d’Arabie Saoudite à libérer « immédiatement » le blogueur Raef Badaoui, lauréat 2015 du Prix Sakharov décerné par les eurodéputés.

« Je demande au roi d’Arabie de libérer immédiatement Raef Badaoui pour qu’il vienne chercher son prix » à Strasbourg en décembre, a plaidé Martin Schulz devant les députés européens à Strasbourg.