Etats-Unis: Une stagiaire de l'ambassade de France écartée après des propos antisémites

MONDE La jeune femme koweïtienne, élève à Sciences-Po Paris, a également été suspendue à titre conservatoire de cette école...

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo "Facebook" sur un écran de tablette, le 4 décembre 2012 à Paris
Le logo "Facebook" sur un écran de tablette, le 4 décembre 2012 à Paris — Lionel BONAVENTURE AFP

Une stagiaire koweïtienne des services culturels de l'ambassade de France aux Etats-Unis a été écartée après avoir publié des propos antisémites sur sa page Facebook. Elle a également été suspendue à titre conservatoire par Sciences Po Paris, dont elle était élève, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'établissement.

Les messages de cette jeune femme, dont la date de publication n'est pas connue, ont été repérés par un collectif baptisé «The Inglourious Basterds», qui se revendique sioniste, puis publiés sur leur site.

«Vous n'êtes à votre place nulle part dans ce monde - c'est pour ça que vous êtes des raclures, des rats et que vous êtes l'objet de discrimination où que vous soyez», avait-elle notamment écrit lors d'un échange sur une page Facebook, selon Inglourious Basterds.

Conversation sur le réseau social

Son interlocuteur l'ayant taxée de racisme, elle avait répondu: «d'abord, espèce de rat dispersé, je ne suis pas une immigrée venue de France. Je viens du Koweït et mon pays peut vous acheter, vous et vos parents, et vous mettre dans des fours». La page Facebook a été fermée depuis et n'était pas accessible mardi.

Informée de la publication sur le site d'Inglourious Basterds, sa responsable a convoqué la stagiaire, en poste à New York, pour vérifier l'exactitude des faits rapportés, a indiqué à l'AFP l'ambassade de France.

La stagiaire a confirmé avoir écrit certains des commentaires, mais pas tous, affirmant notamment ne pas être à l'origine du passage sur les «fours». Elle a également indiqué avoir présenté ses excuses à l'internaute avec lequel elle avait échangé avant que les Inglourious Basterds n'alertent sur ces propos.

Consternation des services

«Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international a appris avec consternation les propos antisémites tenus» par la jeune femme et il «a immédiatement été mis fin à son stage», selon un communiqué posté sur la page Facebook du service culturel de l'ambassade.

«Cette stagiaire sera immédiatement renvoyée du service culturel. Ce tweet est abominable», a écrit l'ambassadeur de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, sur Twitter.

«Au vu de la gravité des faits reprochés à (la jeune femme), le directeur de Sciences-Po Paris a pris la décision de suspendre sa scolarité à titre conservatoire, en attente d'un jugement que peut porter la section disciplinaire de l'établissement», a indiqué un porte-parole de l'établissement dans une réaction transmise à l'AFP.