Turquie: Un lycéen passe une nuit en prison pour «insulte à Erdogan»

SOCIETE Le code pénal turc prévoit de punir toute personne qui « porte atteinte à l’image » du président d’une peine maximale de quatre ans d’emprisonnement...

20 Minutes avec agences

— 

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Ankara le 13 octobre 2015.
Le Président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Ankara le 13 octobre 2015. — Burhan Ozbilici/AP/SIPA

Un lycéen turc de 14 ans a été détenu plusieurs heures par la police de Bünyan (centre de la Turquie) pour avoir « insulté » le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan. Le mineur, identifié sous les initiales Ü.E., a été interpellé, ce mercredi, devant un café Internet et conduit à un commissariat de police où il a passé la nuit.

Remis jeudi en liberté par un tribunal, l’adolescent ne sera pas poursuivi en raison de son jeune âge, la loi turque sur la protection des enfants stipulant qu’un mineur de moins de 15 ans ne peut être jugé pour un délit qui prévoit moins de cinq ans de prison.

>> A lire aussi : Perquisition au siège d’un journal turc qui a moqué Erdogan

Une multiplication des poursuites, visant artistes et journalistes ou simples particuliers

Selon l’agence de presse Cihan, le jeune homme risquait pourtant d’être poursuivi sur la base de l’article 299 du code pénal turc qui punit toute personne qui « porte atteinte à l’image » du président d’une peine maximale de quatre ans d’emprisonnement. Un article qui a vu, depuis l’élection de Recep Tayyip Erdogan en août 2014, sérieusement croître les poursuites pour « insulte » au chef de l’Etat, visant aussi bien artistes et journalistes que simples particuliers.

En décembre dernier, le cas d’un autre mineur, âgé lui de 17 ans, arrêté dans sa classe et détenu pendant plusieurs jours sous la même accusation, avait défrayé la chronique en Turquie et nourri les critiques sur la dérive autoritaire du régime turc. A l’issue de son procès, l’adolescent avait été condamné à 11 mois de prison avec sursis.