Belgique: Un chirurgien, bloqué par des grévistes, arrive trop tard pour soigner une patiente

DRAME L'hôpital a porté plainte contre X...

20 Minutes avec AFP

— 

Vue Google Maps de Liège, en Belgique.
Vue Google Maps de Liège, en Belgique. — Capture d'écran

Il est arrivé trop tard. Un chirurgien n’a pas pu sauver la vie d’une touriste danoise, en séjour à Liège, en Belgique. La raison de son retard ? Il était bloqué dans un embouteillage causé par des manifestants.

La touriste, victime d’une rupture d’anévrisme, avait été admise vers six heures du matin à l’hôpital Notre-Dame d’Hermalle-sous-Argenteau, dans la banlieue de Liège. L’hôpital a appelé le chirurgien de permanence à son domicile, la patiente nécessitant une intervention d’urgence.

« Aucune possibilité de passage, y compris par les voies d’urgence »

Mais lundi, une grève des cheminots, qui s’opposent à un plan de restructuration, touchait plusieurs provinces belges et était couplée, en région liégeoise, avec une grève générale contre les mesures d’austérité du gouvernement. Des manifestants ont notamment installé des barrages sur plusieurs autoroutes menant à Liège dès l’aube, causant d’importants embouteillages.

Le chirurgien s’est retrouvé immobilisé à quelques kilomètres de l’hôpital, devant un pont « complètement bloqué, sans aucune possibilité de passage, y compris par les voies d’urgence », a expliqué à la télévision belge RTBF le directeur médical du centre hospitalier, Philippe Olivier.

Finalement escorté par un motard de la police, le médecin est arrivé à l’hôpital avec trois quarts d’heure de retard. Il a opéré la patiente mais celle-ci est décédée le jour même, selon l’hôpital, qui décidé de porter plainte contre X.

« C’est cet hôpital qui a un problème de fonctionnement »

« Il y a un lien de cause à effet entre les mouvements sociaux et le délai anormal du transport du médecin vers son lieu de travail », a estimé Olivier, pour qui le retard pris par le chirurgien a « diminué les chances » de survie de la touriste danoise.

« Si cet hôpital n’est pas capable de dédoubler un chirurgien de garde, alors c’est cet hôpital qui a un problème de fonctionnement », a rétorqué Francis Gomez, un responsable du syndicat FGTB, qui avait appelé à la grève.