Sécurité routière: 1,25 million de morts sur les routes du monde en 2013

SOCIETE C'est en Afrique que les accidents de la route ont causé le plus victimes, avec 26,6 décès pour 100.000 habitants...

20 Minutes avec agences

— 

La Sécurité routière a annoncé jeudi une énorme baisse de 26,8% de la mortalité routière en mars en France métropolitaine, liée à la météo hivernale persistante et aux nouveaux radars mobiles.
La Sécurité routière a annoncé jeudi une énorme baisse de 26,8% de la mortalité routière en mars en France métropolitaine, liée à la météo hivernale persistante et aux nouveaux radars mobiles. — Pascal Guyot AFP

Sur l’ensemble du globe, 1,25 million de personnes auront été tuées dans ou après un accident de voiture en 2013. Bien qu’impressionnant, ce chiffre, annoncé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est finalement stable depuis 2007, en dépit de l’augmentation de la population et du nombre de véhicules.

C’est en Afrique que les accidents de la route ont causé le plus victimes au cours de cette même année. Le continent détient, en effet, le taux de mortalité le plus élevé au monde, avec 26,6 décès pour 100.000 habitants, bien au-dessus des 9,3 observés en Europe, à l’autre bout de l’échelle.

Diviser par deux le nombre de victimes et de traumatisés de la route d’ici 2020

Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, qui a présenté, ce lundi, ce rapport sur « la sécurité routière dans le monde », estime, bien sûr, ce bilan encore trop élevé, alors que la sécurité routière constitue l’un des objectifs de développement durable à l’horizon 2030, et que l’ONU entend diviser par deux le nombre de victimes et de traumatisés de la route d’ici 2020.

« Les accidents de la circulation font des ravages inacceptables, en particulier parmi les populations pauvres des pays pauvres », a ainsi regretté la dirigeante. La situation, en revanche, s’est améliorée dans 17 pays (représentant 409 millions de personnes) ayant adopté des lois sur le comportement des usagers afin de réduire les cinq facteurs de risques majeurs : vitesse, conduite en état d’ivresse, absence de casque, de ceintures de sécurité et de sièges pour enfants.

>> A lire aussi : Quelles sont les mesures de sécurité routière les moins bien acceptées par les conducteurs ?

Vers une alcoolémie inférieure ou égale à 0,02 gr pour les jeunes conducteurs

L’OMS considère ainsi que les vitesses maximales dans les agglomérations devraient être inférieures ou égales à 50 km/heure, règlement que 47 pays seulement (pour 950 millions de personnes) ont aujourd’hui instauré. Concernant l’alcool au volant, le rapport relève que les jeunes alcoolisés s’exposent davantage à un accident que les conducteurs plus âgés ayant consommé autant d’alcool.

L’OMS recommande ici que des lois soient adoptées fixant une alcoolémie inférieure ou égale à 0,02 gramme pour les jeunes conducteurs et ceux venant d’obtenir leur permis. Vingt-et-un pays européens ont d’ailleurs déjà adopté des législations en ce sens, législations que l’OMS souhaite voir étendues désormais au monde entier.

>> A lire aussi : Alcool au volant : Un taux à zéro, le vrai coup de frein à la mortalité routière ?

105 pays obligent tous les passagers d’un véhicule à s’attacher

Seuls 44 pays (pour 1,2 milliard de personnes) présentent, en outre, des lois réglementant le port du casque de manière stricte, c’est-à-dire imposant celui-ci à l’ensemble des conducteurs et passagers de deux-roues, y compris les enfants.

Les Etats se montrent en revanche plus rigoureux quant à la réglementation relative à la ceinture de sécurité, puisque 105 pays, représentant 4,8 milliards de personnes, obligent tous les passagers d’un véhicule automobile à s’attacher, à l’avant comme à l’arrière. Mais malgré ce cadre réglementaire observé, le rapport de l’OMS déplore toujours que les véhicules vendus dans 80 % des pays du monde ne respectent pas les normes de sécurité de base.