Les infirmières et le médecin bulgares attendent leur extradition

— 

Le premier pas a été franchi mais le plus gros reste à faire. Alors que les infirmières et le médecin bulgares ont vu leur peine de mort commuée en prison à vie, mardi, par la justice libyenne, les prévenus attendent désormais leur extradition. Sofia l’a réclamée dès mercredi, en vertu d'un accord bilatéral datant de 1984, mais la Libye a prévenu que cette délicate question n’était pas encore réglée.
 
«Des garanties pour les enfants»

 
Le Conseil supérieur, qui dépend directement du ministre de la Justice, n'a cependant pas clarifié le sort immédiat des six condamnés. Dans le cas d'une commutation de peine, «le dossier sera automatiquement transmis au ministère (libyen) des Affaires étrangères», avait expliqué le ministre libyen des Affaires étrangères, Abdelrahman Chalgham, la semaine dernière.
 
A Sofia, le parquet général a annoncé avoir engagé dans la matinée la procédure de demande d'extradition. «Les documents nécessaires partiront dès aujourd'hui vers la Libye», a annoncé le procureur général Boris Veltchev à la presse, ajoutant qu'il «ne voyait pas d'obstacle» à l'extradition.
 
Chalgham a néanmoins affirmé que le dossier n'était pas clos et qu'il restait encore, avant de répondre à la question de l’extradition, «une étape très importante: fournir des garanties pour le traitement des enfants» contaminés. Il a renvoyé «la balle dans le camp de la Bulgarie et de l'Union européenne», ajoutant, sans autre précision, que «des pourparlers auront lieu au cours de la prochaine période» pour «la mise en oeuvre des engagements européens faits précédemment».
 
Sarkozy en Libye

 
L'annulation de la peine de mort, qui sonne comme un dénouement heureux dans une affaire ayant empoisonné les relations de la Libye avec la communauté internationale, a été immédiatement saluée par les Etats-Unis, l'UE et la France.

Le président français Nicolas Sarkozy a d'ailleurs annoncé par téléphone au numéro un libyen Mouammar Kadhafi qu'il se rendrait dans les «prochains jours» en Libye, selon l'agence officielle libyenne Jana.