Attentat d'Ankara: Le bilan passe de 99 à 102 tués

TURQUIE Les aurtorités ont précisé que treize personnes se trouvent toujours en garde à vue dans le cadre de l'enquête ouverte après cette double attaque...

20 Minutes avec AFP

— 

Des fleurs sur les lieux du double attentat en mémoire des victimes de l'attentat d'Ankara.
Des fleurs sur les lieux du double attentat en mémoire des victimes de l'attentat d'Ankara. — Emrah Gurel/AP/SIPA

Un bilan revu à la hausse. Le double attentat-suicide, qui a visé une manifestation de militants de gauche et de la cause kurde devant la gare centrale d'Ankara le 10 octobre, a tué 102 morts, a annoncé vendredi le bureau du procureur de la capitale. Dans un premier temps, les autorités avaient annoncé que 99 personnes avaient péri dans l'attaque. «Avec la mort d'un citoyen de plus (vendredi), le bilan des victimes de l'attentat est passé à 102 morts», a indiqué le parquet dans un communiqué publié sur son site internet, en précisant que 101 d'entre eux avaient été formellement identifiés.

Turquie: Pourquoi la tension monte depuis le mois de juin

Treize personnes en garde à vue

Le bureau du procureur a également précisé qu'un total de 13 personnes se trouvaient en garde à vue dans le cadre de l'enquête ouverte après cette attaque, la plus meurtrière jamais perpétrée sur le sol turc. Les enquêteurs turcs considèrent le groupe groupe djihadiste Daeshcomme le «suspect numéro 1» de cet attentat, a déclaré plus tôt dans la semaine le Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu.

Les arrestations conduites par la police ont visé aussi bien l'entourage présumé des deux kamikazes présumés que plusieurs personnes, présentées comme proches des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui avaient échangé sur Twitter des informations sur un attentat quelques heures avant la double explosion d'Ankara, selon Ahmet Davutoglu. Selon la presse turque, la police a identifié deux jeunes Turcs originaires de la ville d'Adiyaman (sud) comme les auteurs de l'attaque d'Ankara. L'un d'entre eux est le frère de l'auteur présumé d'un précédent attentat attribué aux jihadistes, qui avait fait 34 tués en juillet dans la ville de Suruç, près de la frontière syrienne.

Colère contre le Président

A la veille des élections législatives anticipées du 1er novembre, l'attentat d'Ankara a relancé la colère contre le président Recep Tayyip Erdogan, accusé par l'opposition prokurde d'avoir négligé la sécurité de la manifestation visée le 10 octobre et de complaisance avec l'EI. Ce scrutin se déroule alors que les affrontements ont repris depuis trois mois entre les forces de sécurité turques et le PKK dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Attentat d'Ankara: «Cela pourrait bien être le 11-Septembre turc»