Erdogan lance un ultimatum au peuple turc

Sa. C. avec AFP

— 

Pour sortir de la crise politique que traverse la Turquie depuis plusieurs mois, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avance une solution radicale: il quittera la politique si son parti (AKP dit parti de la justice et du développement) n'obtient pas les voix nécessaires pour gouverner seul à l'issue des élections législatives prévues dimanche.
 
Un ultimatum lancé lundi lors d'un discours électoral prononcé devant une foule à Isparta (sud-ouest), a rapporté l'agence de presse Anatolie.
 
L’opposition rejette cette option
 
Il encourage d’ailleurs les leaders des deux partis d'opposition qui sont ses plus grands rivaux aux élections à en faire de même si leur parti ne peut pas former seul le prochain gouvernement. «Allez faites la même chose. Ouvrez la voie pour ceux qui vous suivent. Ayez de l'audace», a-t-il lancé, pointant du doigt Deniz Baykal, chef du parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), principale force d'opposition au Parlement et Devlet Bahceli, président du parti de l’Action nationaliste (MHP, nationaliste).
 
Des responsables de ces deux partis ont immédiatement rejeté cet appel. «Cette déclaration n'engage que lui», a dit le vice-président du CHP Mustafa Özyürek sur la chaîne d'information NTV. «Il n'est pas correct de transformer la politique en pari», a-t-il ajouté.
 
Dans un entretien à un journal turc la semaine dernière, Baykal, un amateur de natation âgé de 69 ans, a ironisé en disant qu'il nagerait jusqu'à l'île grecque de Rhodes, située à une vingtaine de kilomètres des côtes turques s'il perdait les élections.
 
«Une personne qui a toutes ses facultés mentales ne dirait pas une chose pareille. Le Premier ministre défie le peuple en leur disant "si vous ne m'élisez pas, je pars"», a indiqué pour sa part le vice-président du MHP Mehmet Sandir sur NTV.
 
L’AKP favori
 
Le parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) est donné favori au scrutin. Selon les derniers sondages d'opinion, il est crédité d'environ 40% des suffrages mais, en raison du système électoral turc, il pourrait ne pas obtenir la majorité absolue des sièges au Parlement (550 au total).
 
Le CHP est crédité entre 20 et 25% des voix tandis que le MHP, qui était resté sous la barre des 10% des voix nécessaires à l'échelle nationale pour se faire représenter à l'Assemblée lors des dernières élections, pourrait obtenir entre 10 et 15% des suffrages.