Crash du MH17: Les Pays-Bas accusent la Russie de «semer la confusion»

MONDE L’enquête menée par les Néerlandais concluait à un tir de missile au-dessus des régions séparatistes de l’Ukraine…

A.Ch. avec AFP

— 

Des débris du vol MH17 de la Malaysia Airlines près du village ukrainien de Hrabove le 10 novembre 2014
Des débris du vol MH17 de la Malaysia Airlines près du village ukrainien de Hrabove le 10 novembre 2014 — DIMITAR DILKOFF AFP

Après la publication du rapport d’experts concluant à un tir de missile BUK au-dessus des régions séparatistes de l’Ukraine pour expliquer le crash du vol MH17 en  juillet 2014, la Russie a fortement contesté ces conclusions. Ce vendredi, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, a accusé Moscou de « semer la confusion » en critiquant ce rapport : « J'ai l'impression que les Russes ne sont pas intéressés à ce stade par le rapport final, mais plutôt à semer la confusion » à son sujet, a déclaré le ministre, cité par les médias. Bert Koenders a ajouté avoir essayé, sans succès, de contacter son homologue russe Sergueï Lavrov pour évoquer la question, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP. 

Le Kremlin rejette fermement la théorie du missile

L'enquête internationale sur les causes du crash, coordonnée par les Pays-Bas, a affirmé mardi qu'un missile sol-air de type BUK de fabrication russe avait été utilisé le 17 juillet 2014 pour abattre le Boeing 777 de Malaysia Airlines dans l'Est de l'Ukraine, zone en guerre. L'enquête n'a pas identifié de coupable - ce n'était pas sa tâche - mais le directeur du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité a suggéré que le missile avait été tiré depuis une zone contrôlée par les séparatistes prorusses. Cette suggestion soutient la théorie avancée notamment par l'Ukraine et les Etats-Unis, mais que le Kremlin rejette fermement, accusant les forces ukrainiennes.