Pour le quai d'Orsay, le test de missile iranien est «une claire violation» d'une résolution de l'ONU

DIPLOMATIE L'Iran a testé un nouveau missile longue portée le 11 octobre, un geste préoccupant estime Paris...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministère de la Défense iranien a publié cette photo le 11 octobre 2015 d'un missile de longue portée.
Le ministère de la Défense iranien a publié cette photo le 11 octobre 2015 d'un missile de longue portée. — UNCREDITED/AP/SIPA

 Un geste qui inquiète. Le test le 11 octobre par l'Iran d'un nouveau missile longue portée constitue «une claire violation» d'une résolution de l'ONU et constitue «un message préoccupant» de Téhéran à la communauté internationale, a estimé jeudi le ministère français des Affaires étrangères. L'Iran, qui possède plusieurs types de missiles d'une portée de 2.000 kilomètres capables d'atteindre Israël, a annoncé dimanche ce test d'un nouveau missile, sans toutefois en préciser la portée exacte.

Message préoccupant envoyé par l'Iran

«Le programme balistique iranien est visé notamment par la résolution 1929 de 2010, qui est en vigueur et interdit à l'Iran de "mener des activités liées aux missiles balistiques pouvant emporter des armes nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques". Le tir survenu le 11 octobre constitue une claire violation de cette résolution. Il s'agit d'un message préoccupant envoyé par l'Iran à la communauté internationale», a déclaré lors d'un point-presse le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

 

La résolution reste en vigueur jusqu'à la mise en oeuvre de l'accord

Cette résolution reste en vigueur jusqu'à la mise en oeuvre effective de l'accord sur le nucléaire iranien, conclu le 14 juillet entre Téhéran et les grandes puissances. L'entrée en vigueur de cet accord historique est liée à un rapport de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), attendu fin 2015 début 2016, sur la mise en oeuvre par l'Iran de ses engagements nucléaires.

L'accord du 14 juillet prévoit que des contraintes seront maintenues sur le programme balistique iranien, rappelle le Quai d'Orsay. En particulier, l'Iran sera appelé à ne mener aucune activité, y compris des tirs, liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des armes nucléaires. Téhéran affirme que ses missiles balistiques sont purement défensifs, ne sont pas conçus pour transporter des armes nucléaires, et ne sont donc visés par aucune résolution de l'ONU.