Le maire de Rome impliqué dans un scandale de notes de frais démissionne

© 2015 AFP

— 

Le maire de Rome Ignazio Marino, le 27 juillet 2015 à Rome
Le maire de Rome Ignazio Marino, le 27 juillet 2015 à Rome — Tiziana Fabi AFP

Le maire de Rome, Ignazio Marino, impliqué dans un scandale de note de frais et dans le collimateur de la presse italienne depuis des semaines, a présenté jeudi sa démission dans un message adressé aux Romains.

«J'ai fait mon choix: je présente ma démission», déclare dans son message M. Marino, évoquant la perte du soutien de son Parti démocrate (PD) qui le poussait vers la sortie et ajoutant que «les conditions politiques» pour poursuivre étaient «très minces, voire inexistantes».

Le maire de gauche a mis un minuscule bémol à sa démission, rappelant qu'aux termes de la loi il dispose de 20 jours pour changer d'avis.

M. Marino a précisé qu'il utiliserait ce délai pour voir s'il était possible de «reconstruire les conditions politiques» pour rester en place, mais l'entreprise semble extrêmement difficile, tous les principaux dirigeants du PD, y compris le chef du gouvernement Matteo Renzi, lui ayant tourné le dos.

Si la démission devient effective dans 20 jours, le préfet de Rome devra nommer un commissaire qui va gérer la ville jusqu'aux prochaines élections, vraisemblablement au printemps prochain.

Dans un communiqué mis en ligne sur sa page Facebook plus tôt dans la journée, le maire de la ville éternelle avait assuré que les 20.000 euros de note de frais visés par les médias concernaient des dîners ou déjeuners professionnels mais qu'il préférait rembourser pour mettre un terme à la polémique.

Une partie de la presse italienne, qui adore haïr M. Marino, avait en effet entrepris de décortiquer toutes ses additions, à la recherche de celle qui prouvera qu'il a dîné en tête-à-tête avec sa femme et non avec un ambassadeur ou un homme d'affaires.