VIDEO. Royaume-Uni: Drogués et alcoolisés, ils filment leur accident mortel

SECURITE Avec l’accord des proches des deux victimes, la police a diffusé la vidéo pour montrer les dangers de la conduite sous l’emprise de la drogue…

20 Minutes avec agences

— 

illustration: Un accident de la route en France.
illustration: Un accident de la route en France. — GILE MICHEL/SIPA

Michael Owen, 21 ans, et son ami Kyle Careford, 20 ans, ont été tués dans un accident de la route en avril dernier à Crowborough, dans le sud de l’Angleterre. Kyle était au volant, bien qu’il n’ait pas le permis de conduire.

Conduite sous emprise

Les deux jeunes hommes avaient consommé de la drogue et des médicaments et s’étaient engagés dans une course folle avec leur Clio rouge, atteignant parfois les 140 km/h sur les petites routes de la région. On le sait, car Michael a filmé toute la virée mortelle, y compris l’horrible crash contre le muret d’une église.

>> A lire aussi : L’alcool et les stupéfiants dans le collimateur des associations

Cette vidéo, retrouvée dans le téléphone portable de Michael Owen sur le lieu de l’accident, est très éprouvante à regarder. Et pourtant, après l’avoir utilisée dans le cadre de l’enquête sur l’accident, la police locale a décidé de la diffuser ce lundi, avec l’accord des proches des deux jeunes victimes. Car, comme l’a expliqué Kat Owen, la propre mère de Michael au site kentonline.co.uk, « Si tout ça peut empêcher ne serait-ce qu’une seule personne de faire la même erreur, alors il y aura au moins quelque chose de positif dans cette vidéo ».

La vidéo de l’accident a été visionnée plus de 6 millions de fois

Zac Hemming, le frère de Kyle Careford, renchérit : « Ce genre de vidéo ne devrait jamais être filmé, et encore moins regardé. Mais malgré la douleur que je ressens de la voir diffuser par les médias, j’espère et je prie pour qu’elle puisse avoir un impact sur au moins une personne, quel que soit son âge, pour que plus personne n’ait à vivre l’horreur de la perte d’un être cher. » Si la vidéo commence à faire parler d’elle sur les réseaux sociaux, c’est donc en partie pour une bonne cause.