Primaire démocrate: Hillary Clinton domine le débat face à Bernie Sanders

ETATS-UNIS Créditée de 43% par les sondages, Hillary Clinton s’est présentée comme «une progressiste» qui «obtient des résultats»...

Philippe Berry

— 

Hillary Clinton lors du premier débat entre les candidats démocrates.
Hillary Clinton lors du premier débat entre les candidats démocrates. — J.LOCHER/AP/SIPA

De notre correspondant aux Etats-Unis,

C’était son 27e débat présidentiel. Mardi soir, à Las Vegas, Hillary Clinton n’a rien laissé au hasard. Préparée et à l’aise, la candidate démocrate a assumé son statut de favorite et réussi à passer entre les gouttes des questions sur ses emails. Et elle peut remercier son challenger Bernie Sanders.

« Les gens en ont assez d’entendre parler de ces foutus emails »

Interrogé sur la polémique sur l’utilisation de son compte email personnel pendant qu’elle était secrétaire d’Etat, Hillary Clinton livre une réponse attendue. « J’ai pris mes responsabilités et dit que c’était une erreur. C’était permis par le département d’Etat mais ce n’était pas une bonne idée. » Et puis elle contre-attaque, dénonçant « une commission qui est un bras des républicains dont le but, comme l’a reconnu Kevin McCarthy, est de me faire baisser dans les sondages. Mais je suis toujours debout. »

>> A lire aussi: Pendant le débat démocrate, les Américains cherchent «socialisme» dans le dictionnaire

Bernie Sanders, qui aurait pu l’attaquer, vient alors à son secours. « Ce n’est peut-être pas une bonne tactique pour moi de dire cela, mais Hillary a raison. Les Américains en ont marre d’entendre parler de tes foutus emails. La classe moyenne s’effondre, 27 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Assez, avec ces emails, parlons des vrais dossiers. »

Hillary vs Bernie

Pour le reste, le débat a tourné à une discussion entre les deux favoris des sondages. Hillary Clinton (43 %) s’est présentée comme « une progressiste » qui « obtient des résultats ». Bernie Sanders (25 %), qui revendique son étiquette de « démocrate socialiste », veut « organiser une révolution » pour combattre les inégalités entre les 1 % d’Américains les plus riches et puis les autres. Les trois autres candidats, Jim Webb, Martin O’Maley et Lincoln Chafee, qui ne dépassent pas les 1 % dans les sondages, ont peiné à exister. Webb, notamment, a utilisé son faible temps de parole pour… se plaindre de son faible temps de parole.

L’échange le plus tendu entre Clinton et Sanders a eu lieu sur le capitalisme. Sanders rejette « un système qui a détruit la classe moyenne » et loue l’approche danoise, notamment sur la santé. Clinton réagit aussitôt : « Quand je pense au capitalisme, je pense à toutes les PME qui ont été créées car nous avons l’opportunité et la liberté de faire cela dans notre pays. » Si elle veut « sauver le capitalisme de lui-même », elle riposte : « Nous ne sommes pas le Danemark. Nous sommes les Etats-Unis d’Amérique. » Si Joe Biden hésitait encore à se lancer, Hillary Clinton l'a peut-être aidé à se décider.