Israël: YouTube retire des vidéos haineuses « incitant aux meurtres »

CONFLIT Le nombre exact de vidéos retirées n'a pas été communiqué...

20 Minutes avec agences

— 

Un Palestinien utilise un lance-pierre pour lancer des projectiles sur les forces de sécurité israéliennes à Beit El, près de Ramallah en Cisjordanie, le 11 octobre 2015
Un Palestinien utilise un lance-pierre pour lancer des projectiles sur les forces de sécurité israéliennes à Beit El, près de Ramallah en Cisjordanie, le 11 octobre 2015 — ABBAS MOMANI AFP

Palestiniens poignardant des Israéliens, appelant à le faire ou lançant des pierres sur des soldats israéliens : autant de vidéos qui se sont propagées sur la toile depuis le début de l’escalade des violences le 1er octobre entre l’Etat hébreux et la population palestinienne.

Lettre écrite à YouTube

Le gouvernement israélien ne veut plus voir ces séquences « incitant aux meurtres » et a donc pris les devants pour les faire retirer. Le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes Emmamuel Nahshon explique : « Plusieurs vidéos, notamment du Hamas, qui incitaient à la violence, à la haine et au meurtre d’Israéliens et de juifs ont été retirées après que nous en avons fait la demande auprès de YouTube ».

Israël a donc fait parvenir une lettre en ce sens à la filiale israélienne de Google, qui détient YouTube. « Ces vidéos décrivent des attaques terroristes, font l’apologie de leurs auteurs et présentent les juifs et les Israéliens de manière haineuse et raciste », souligne la lettre.

Le gouvernement appelle Facebook à s’emparer du sujet

« YouTube ne nous a pas répondu directement, mais nous avons pu constater que les vidéos en question avaient rapidement été effacées », a ajouté le porte-parole, qui n’était pas en mesure de préciser le nombre exact de vidéos retirées.

Le gouvernement de Netanyahou ne compte pas s’arrêter là. Mardi, des responsables des Affaires étrangères doivent rencontrer des représentants de Facebook lors d’une visite en Israël pour leur demander de suivre l’exemple de YouTube.

Le ministère des Affaires étrangères qui a créé un « département de diplomatie digitale », spécialement conçu pour surveiller les réseaux sociaux, appelle les internautes israéliens à surveiller eux aussi le Web et à alerter YouTube et Facebook des éventuels « appels à la violence ».