La fortune de Daesh est estimée à 2.000 milliards de dollars

TERRORISME Les taxes instaurées par l'organisation djihadiste sur les territoires occupés génèrent entre 500 et 600 millions de dollars par an...

20 Minutes avec agence
— 
Des jihadistes du groupe Etat Islamique plantent le drapeau de l'EI sur une colline de Kobane, le 6 octobre 2014 en Syrie
Des jihadistes du groupe Etat Islamique plantent le drapeau de l'EI sur une colline de Kobane, le 6 octobre 2014 en Syrie — Aris Messinis AFP

Une affaire florissante. La fortune de Daesh s’élèverait à près de 2.200 milliards de dollars selon une étude du Centre d’analyse du terrorisme (CAT) dont Challenges se fait l’écho. Un pactole astronomique qui aurait même augmenté de 200 milliards d’euros selon un rapport du think-tank datant de 2014.

L’impôt, première ressource du califat

Mais d’où viennent les revenus des djihadistes ? En premier lieu de l’impôt. Dans les faits, les taxes prélevées sur les territoires contrôlés (en Irak et en Syrie) par l’organisation de l’Etat islamique (EI) ont rapporté un milliard de dollars contre 360 millions l’année passée.

Cité par le magazine, Jean-Charles Brisard, un des auteurs du rapport, explique : « Daech a de plus en plus recours aux taxes forcées et aux extorsions de fonds. Dans la province de Ninive (Irak) qui comprend Mossoul, l’EI ponctionne 50 % du salaire des 60.000 fonctionnaires de la région. Cela génère entre 500 et 600 millions de dollars par an. »

>> A lire aussi: Moyens financiers, combattants, zones d’influence : Tout ce qu’il faut savoir sur l’Etat islamique

Daesh, qui gère la quasi-totalité des infrastructures en Syrie, s’enrichit également grâce à l’or noir, dont l’organisation détient 80 % de la production du pays. Une ressource qui, du fait des bombardements (qui compliquent le raffinage et le transport du pétrole) génère deux fois moins de revenus (un milliard de dollars en 2014 contre 600 millions de dollars en 2015).

20 % des T-shirts turcs issus du coton made in Daech

Outre le pétrole et l’impôt, le rapport souligne que le califat exploite depuis peu le coton. Un commerce opéré avec la Turquie, où un T-shirt sur cinq est fabriqué avec du coton provenant des champs syriens.

Le CAT estime que la culture cotonnière permet à Daesh d’amasser entre 20 millions de dollars et 100 millions de par an. L’EI aurait également la mainmise sur près de 130 banques qui font office de dépôts.

>> A lire aussi : Certains vêtements vendus en France contiendraient du coton syrien