VIDEO. Si les juifs avaient été armés, ils auraient pu résister à l'Holocauste, affirme le républicain Ben Carson

ETATS-UNIS Le candidat reprend un argument classique des défenseurs du second amendement mainte fois démonté par les historiens...

Philippe Berry

— 

Le candidat républicain Ben Carson.
Le candidat républicain Ben Carson. — P.SANCYA/AP/SIPA

Ah, Ben Carson. En seconde position des sondages, le candidat répète souvent qu’il veut incarner la « voix de la raison ». Mais malgré son ton posé et ses airs polis, l’ancien neurochirurgien dérape aussi souvent que Donald Trump. Et avec son exposition médiatique grandissante, ça commence à s’entendre. Sur CNN, jeudi, il a revisité l’histoire de l’Holocauste, affirmant que des Juifs armés auraient eu une « plus grande chance » de résister à Hitler.

Un peu de contexte, pour commencer. Carson faisait la promo de son livre, A More Perfect Union. Dedans, il s’attaque aux « gun free zones » (zone sans arme) et écrit : « Les Allemands ont été désarmés par leur gouvernement à la fin des années 30, et ensuite le régime d’Hitler a massacré sans pitié six millions de juifs et de nombreux autres jugés inférieurs. »

Le journaliste de CNN, Wolf Blizer, lui demande alors : « Mais juste pour clarifier, suggérez-vous que s’il n’y avait pas eu de loi sur le contrôle des armes en Europe, six millions de juifs n’auraient pas été massacrés ? » Réponse de Carson : « Je pense que la probabilité qu’Hitler accomplisse ses buts aurait été grandement diminuée si la population avait été armée. »

Une thèse rejetée par les historiens

La Ligue contre les diffamations, qui surveille les groupes anti-sémitiques, a aussitôt réagi : « Ben Carson a le droit d’avoir ses opinions mais la notion que les lois d’Hitler sur le contrôle des armes ont contribué à l’Holocauste est historiquement inexacte ».

Les défenseurs de cette thèse, comme le contributeur de Fox News Andrew Napolitano, citent en général l’insurrection du ghetto de Varsovie comme argument prouvant que des personnes armées peuvent résister. Mais en 2013, le professeur d’histoire de l’Holocauste, Antony Polonsky, balayait cette thèse dans les colonnes du Washington Post, rappelant que 750 juifs armés avaient tué environ 25 Nazis, qui avaient ensuite massacré 13.000 personnes et déporté les 58.000 restantes.

Carson persiste

Sur ABC, vendredi matin, le candidat a continué. Il juge les déclarations de la Ligue contre les diffamations « stupides ». « C’est un fait bien connu que dans de nombreux endroits, les tyrans commencent par confisquer les armes, ils ne le font pas par hasard ».

Pour Carson, c’est la seconde polémique de la semaine. Mardi, le candidat a été vivement critiqué pour ses déclarations après la tuerie dans l’Oregon. « Moi, je ne resterais pas sans rien faire. Je dirais aux autres : ''Hey, attaquons-le, il me tirera peut-être dessus, mais il ne pourra pas tous nous avoir''. »