Syrie: Une coordination entre la Russie et les USA «peut être mise en place», assurent les Russes

DEFENSE Les deux forces armées discutent pour éviter que leurs avions ne se rencontrent dans le ciel syrien…

20 Minutes avec AFP

— 

Lattaquié (Syrie), le 3 octobre 2015. Des chasseurs russes de type Sukhoi atterrissent sur la base de Hmeimim.
Lattaquié (Syrie), le 3 octobre 2015. Des chasseurs russes de type Sukhoi atterrissent sur la base de Hmeimim. — ALEXANDER KOTS / KOMSOMOLSKAYA PRAVDA / AFP

Tout est fait pour éviter l’incident diplomatique. La Russie envisage de mettre en place une coordination avec les Américains dans le cadre de ses opérations de bombardement en Syrie, a fait savoir, ce mercredi, la Défense russe, citée par des agences de presse.

Les faits: La Russie annonce de nouvelles frappes en Syrie

«Le ministère russe de la Défense a répondu aux demandes du Pentagone et examiné en profondeur les propositions américaines sur la coordination des opérations [menées] dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste Etat Islamique sur le territoire syrien», a expliqué le général Igor Konachenkov, Globalement, ces propositions peuvent être mises en place.»

Eviter tout incident dans le ciel

«Nous essayons seulement de clarifier de notre côté certains détails techniques qui seront discutés aujourd'hui entre des experts du ministère russe de la Défense et ceux du Pentagone», a ajouté le général.

Propagande: Le Kremlin mène aussi sa guerre dans les médias

Des responsables américains et russes avaient discuté la semaine dernière, à la demande de la Russie, des moyens d'éviter tout incident potentiel dans le ciel syrien. Les deux pays menant chacun des frappes régulières en Syrie, il s'agissait de prévoir qu'elles n'aient pas lieu au même endroit et en même temps. Mais jusqu'à présent ces discussions russo-américaines n'avaient pas abouti.

La tension monte en Turquie

Mardi, Moscou a bombardé 12 cibles liées au groupe jihadiste Etat islamique (EI), dans la région autour de la ville de Deir Ezzor (est) ainsi que dans les provinces de Damas, d'Idleb et de Lattaquié, selon le ministère russe de la Défense.

La journée a également été marquée par une hausse des crispations entre Moscou et Ankara, qui accuse la Russie de violer son espace aérien. La Turquie, qui est farouchement opposée au président Bachar al-Assad, a convoqué à deux reprises l'ambassadeur de Russie pour l'avertir que Moscou «serait tenue responsable» si de tels incidents se reproduisaient.