15 mannequins «trop maigres» exclues d'un défilé à Rome

— 

La polémique sur l’extrême maigreur de certains mannequins, lancée l’année dernière après la mort d’une jeune modèle, refait surface. Quinze mannequins jugées «trop maigres» ont été exclues d'un défilé auquel elles devaient participer mardi soir à Rome par la couturière italienne Raffaella Curiel.

Evanouissement

«J'avais demandé (aux agences, ndlr) à ne pas faire travailler de filles aux mensurations anormales (...) J'ai pourtant dû en licencier 15 qui étaient en dessous de la taille 4O» (l'équivalent d'une taille 36 en France), a-t-elle déclaré à la presse.
«Une fille s'est évanouie durant les essayages, j'ai dû lui donner un sandwich au jambon», a affirmé la couturière milanaise. «Nous voulons respecter les règles anti-anorexie (édictées en décembre) mais ce n'est pas de notre faute si les agences nous envoient des filles trop maigres», a-t-elle déploré.

Une mannequin qui a défilé lundi soir dans le cadre de cette manifestation baptisée «AltaRomaAltaModa» a dénoncé le renvoi de ses collègues. «Associer la taille 38 (34 en France) à l'anorexie est une stupidité», a déclaré Bianca Balti.
Une thèse reprise par le couturier Lorenzo Riva, qui présente ce mercredi soir sa collection sur le même podium dans le cadre de la manifestation et qui a engagé des mannequins renvoyées. «On ne peut pas mettre de femmes rondes sur les podiums de la haute couture. Les modèles sont maigres par nature», a-t-il dit aux journalistes.

Manifeste anti-anorexie

Un manifeste anti-anorexie est entré en vigueur en début d'année en Italie, stipulant notamment l'interdiction de défiler aux jeunes filles de moins de 16 ans et l'obligation de présenter un certificat médical affirmant que la modèle ne souffre d'aucun trouble alimentaire. Il ne prévoit cependant pas de sanction.
Jusqu'à présent, seule la ville de Madrid a pris des mesures contre les mannequins trop maigres en interdisant les podiums aux modèles ayant un indice de masse corporelle inférieure à 18 (56kg pour 1m75).

Et Londres lui emboîte le pas. Une commission, composée de mannequins, de couturiers et de responsables de l'industrie de la mode, a fait une série de recommandations, comme le lancement d'une étude sur les désordres alimentaires touchant les jeunes filles ou l'introduction éventuelle d'un indice de masse corporelle (IMC) minimum de 18,5 (soit environ 56 kg pour 1m75) pour pouvoir défiler.

Elle préconise également que les jeunes filles âgées de moins de 16 ans ne soient pas être autorisées à défiler pendant la Semaine de la Mode à Londres en septembre prochain.
 

DEBAT : Pensez-vous que les organisateurs de défilés devraient surveiller la santé de leur mannequin?