Le tireur à l'origine de la mort d'une trentaine de personnes à Virginia Tech avait fait un séjour en institution psychiatrique et ses troubles étaient connus de la police de l'université, a admis mercredi le responsable de la police du campus.
Le tireur à l'origine de la mort d'une trentaine de personnes à Virginia Tech avait fait un séjour en institution psychiatrique et ses troubles étaient connus de la police de l'université, a admis mercredi le responsable de la police du campus. — Mannie Garcia AFP

FAITS DIVERS

Les fusillades meurtrières, un fléau en recrudescence aux Etats-Unis

Elles sont perpétrées à 70% dans les écoles, les universités et les commerces...

La fusillade à l’université Umpqua University College en Oregon qui a fait au moins dix morts aux Etats-Unis, vient grossir une longue liste de tueries sanglantes dans ce pays ces dernières années.

Dans une étude publiée en septembre, la police fédérale a indiqué que 160 fusillades avaient été dénombrées entre 2000 et 2013, soit en moyenne 11,4 par an. Et la tendance est à l’augmentation, « ce qui est troublant », a déclaré un directeur adjoint du FBI James Yacone, en présentant le rapport.

Perpétrées à 70 % dans les écoles, les universités et les commerces, les fusillades aux Etats-Unis ont connu une nette progression au cours des dernières années. Après un rythme de 6,4 fusillades par an de 2000 à 2006, la moyenne est passée à 16,4 par an au cours des sept dernières années, selon ce rapport. Une hausse qui s’explique par une « fascination » pour les tueries les plus meurtrières, selon le FBI.

Dans 40 % les tireurs se suicident sur les lieux

Ces fusillades réalisées souvent avec des pistolets classiques et parfois de multiples armes à feu, sont généralement perpétrées par un seul tireur, la plupart du temps pour « des motivations profondément personnelles », souvent fondées sur un « réel phénomène d’imitation des tragiques événements du passé », a commenté James Yacone.

D’où une accélération du phénomène qui « renforce la nécessité de rester vigilant sur les efforts de prévention » et les informations rendues publiques après une tuerie de manière à éviter « d’inspirer un autre imitateur », a plaidé le responsable du FBI.

Ainsi la police a pu retrouver sur les blogs, les courriels ou les documents personnels des tireurs -- qui dans 40 % des cas se suicident sur les lieux -- des indications de leur « inspiration » et de « leur fascination pour les tueries » récentes les plus sanglantes : du campus de Virginia Tech en avril 2007 (32 morts), à la base militaire de Fort Hood, Texas, en novembre 2009 (13 morts), au cinéma d’Aurora, Colorado, en juillet 2012 (12 morts) ou encore à l’école de Newtown, Connecticut, en décembre 2012 (27 morts dont 20 enfants).

Des fusillades qui durent moins de cinq minutes en général

Au total, les fusillades étudiées se sont soldées par 1.043 victimes, dont 486 morts (les statistiques excluent le tireur). Dans 40 % des cas, les coups de feu ont fait « trois morts ou plus ».

L’étude, réalisée en collaboration avec l’Université du Texas et le ministère américain de la Justice, dont dépend le FBI, montre également combien « les dommages peuvent se produire en quelques minutes » car dans 69 % des cas, les fusillades se sont achevées en moins de cinq minutes, avant même l’intervention des forces de l’ordre.

Par « mass shooting », le FBI entend toute fusillade à l’exception des violences domestiques et des règlements de compte entre gangs ou trafiquants de drogue.

L’étude a par ailleurs délibérément choisi de ne pas se pencher sur la question des armes à feu, souvent détenues légalement par les auteurs des fusillades, car la législation sur le port d’armes est différente selon les Etats.