Portugal: La coalition de droite creuse son avance dans les sondages pour les législatives

ELECTIONS Donné pendant longtemps favori dans les sondages, le Parti socialiste s’est fait progressivement rattraper par la coalition de droite, qui pourrait remporter la majorité absolue...

B.D. avec AFP

— 

Le secrétaire général du parti socialiste portugais, Antonio Costa, en campagne à Lisbonne, le 25 septembre 2015.
Le secrétaire général du parti socialiste portugais, Antonio Costa, en campagne à Lisbonne, le 25 septembre 2015. — SIPANY/SIPA

A une semaine des élections législatives portugaises, la coalition de droite creuse son écart sur l’opposition socialiste dans une majorité de sondages et pourrait obtenir une majorité absolue, selon une enquête publiée samedi.

L’alliance formée par le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) et le CDS (droite) est créditée de 43 % des intentions de vote, ce qui lui donne « la possibilité de remporter une majorité absolue » en nombre de députés, selon un sondage de la télévision publique RTP. Le Parti socialiste recueillerait quant à lui 33 % des intentions de vote, selon cette étude réalisée par l’Université catholique portugaise (UCP) auprès de 936 personnes, dont un quart se déclare indécis. Le Parti communiste, allié aux Verts, obtiendrait 8 % des suffrages et le Bloc de gauche, apparenté au Syriza grec, 7 %.

Rattrapage progressif

Donné pendant longtemps favori dans les sondages, le Parti socialiste s’est fait progressivement rattraper par la coalition de droite, qui a pris l’avantage la semaine dernière dans la plupart des sondages. Une enquête réalisée par l’institut Intercampus pour le journal Publico et la chaîne de télévision TVI a donné samedi soir la coalition en tête, avec 37,5 % des intentions de vote, contre 32,8 % pour le Parti socialiste.

Seul l’institut Eurosondagem voit une légère avance du PS, qui obtiendrait 36 % des suffrages, contre 35,5 % pour le PSD/CDS, selon un sondage publié vendredi dernier, qui donne cependant l’alliance de droite vainqueur en nombre de députés. Les deux camps, qui manquent d’alliés potentiels sur l’échiquier politique, ont exclu la formation d’un gouvernement commun si le vainqueur n’obtient qu’une majorité relative.

Mais le Premier ministre Pedro Passos Coelho a déclaré jeudi qu’il serait « ouvert au dialogue avec tous les partis représentés au Parlement » après les élections. Son rival socialiste, Antonio Costa, a de son côté durci son discours, affirmant qu’il bloquerait le budget d’un gouvernement de droite.