Drame de la Mecque: Fortes tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui exige des «excuses»

MONDE Plus de 140 Iraniens auraient été tués lors de la bousculade mortelle de jeudi près de la Mecque...

M.C.

— 

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, à Téhéran le 9 septembre 2015.
L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, à Téhéran le 9 septembre 2015. — Uncredited/AP/SIPA

La tension est encore montée d’un cran entre l’Arabie saoudite et Téhéran après la bousculade mortelle qui a fait au moins 769 morts, parmi lesquels plus de 140 Iraniens, jeudi près de la Mecque. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a demandé dimanche à l’Arabie Saoudite de présenter des « excuses » après le drame, tandis que Ryad rejette les critiques de Téhéran.

« Les dirigeants saoudiens, au lieu de renvoyer la balle, devraient présenter des excuses à la communauté islamique et aux familles endeuillées, accepter leur responsabilité dans ce terrible accident et remplir leurs obligations. Le monde islamique a de nombreuses questions, la mort de plus de mille personnes dans cet accident n’est pas une petite affaire », a déclaré le numéro un iranien, qui a pressé les Nations unies de « rappeler au gouvernement saoudien ses devoirs ».

Contexte de tensions sur la Syrie, le Yémen et le nucléaire iranien

Dans un contexte de tensions entre les deux rivaux, notamment à propos des conflits en Syrie et au Yémen et depuis la conclusion d’un accord sur le nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances, le président iranien Hassan Rohani et le chef de la diplomatie saoudien, tous deux à New York pour l’Assemblée générale de l’Onu qui doit se tenir à partir de lundi, s'affrontent par le biais de déclarations et de discours incendiaires.

Samedi soir, l’Arabie saoudite avait de son côté vivement réfuté les critiques de son voisin : « Je crois que les Iraniens auraient mieux à faire que d’exploiter politiquement une tragédie qui a touché des gens qui observaient leurs rites religieux les plus sacrés », a réagi le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel al-Jubeir, lors d’une rencontre avec son homologue américain John Kerry.

L'Iran affirme que la bousculade a fait plus de 2.000 morts

Selon les responsables iraniens du hajj, il y a désormais 144 morts iraniens, 85 blessés hospitalisés et 323 disparus. Une délégation iranienne dirigée par le ministre de la Culture, Ali Janati, n’avait toujours pas obtenu dimanche de visa de la part de l’Arabie saoudite pour participer notamment à la recherche de ces disparus.

Alors que le bilan officiel fourni par l’Arabie saoudite fait état de 769 pèlerins tués et 934 blessés dans la bousculade sur le site de la lapidation des stèles à Mina, les responsables iraniens ont affirmé ces derniers jours que le bilan était bien plus lourd et approchait les 2000 morts.